La connaissance scientifique du vivant exige-t-elle que l'on considère l'organisme comme une machine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2122 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La connaissance scientifique du vivant exige-t-elle que l’on considère l’organisme comme une machine ?

Les sciences, au cours de l’évolution du vivant, ont tenté de schématiser la nature pour mieux la comprendre. Cette recherche aboutit au fait que le vivant est le résultat d’un enchainement logique d’évènements et des interactions de la nature. Cette vision, de mécanisme, qui ramènel’ensemble des phénomènes à une combinaison purement physique, est réductrice, car le vivant se dit de ce qui naît et meurt, et sa connaissance n’est pas celle de la vie mais des lois d’un être vivant. Il n’y a pas de connaissance de la vie, mais une connaissance scientifique possible des lois du vivant. De plus, le vivant est caractérisé par son originalité, et son fond inépuisable constitué de nombreusespotentialités. La connaissance scientifique du vivant exige-t-elle que l’on considère l’organisme comme une machine ? Si dans un premier temps, on étudie le vivant comme un objet de l’expérience scientifique, on peut alors, dans un second temps, le considérer comme une machine, et donc résumé à de simples lois physico-chimiques. Mais le vivant répond, dans un troisième temps, à une nécessité desurvie, d’une originalité imprévisible comme finalité et hasard.

Si le vivant est un objet du savoir scientifique, il répond alors à une science et des principes. Dans de nombreuses sciences, l’expérience a un caractère irremplaçable : c’est elle qui permet par exemple au physicien de connaître les propriétés d’un métal, de formuler des lois, ou au biologiste de connaître les réactions d’unorganisme vivant. Il y a une physique comme mesure d'action et de réaction entre milieu et corps vivant comme mécanique des fluides qui étudierait les variations incessantes, la vie étant qualifiée par des états physiologiques. Les lois vitales et la physique sont des états physiologiques, un arrangement d’atomes comme production de corps à germes déterminés. Cela fait référence à un mécanisme, à unephysique et ses lois associatives. La science a besoin d’un principe vital X, Y, Z dont la supposition facilite le calcul des phénomènes. Le principe doit pouvoir rendre compte des forces vivantes, des fonctions générales (sensibilité, nutrition) et particulières (digestion, menstruation).
Alors le vivant répond à une expérimentation scientifique. L'observation des faits naturels etl'expérimentation qui produit l'observation des résultats sont les bases de la construction des théories scientifiques. Le rôle de l'expérience est la décision qui tranche, elle oriente par méthode inductive selon des instances et des prérogatives. L’expérience scientifique prend la forme de l’expérimentation, c'est-à-dire de l’expérience conduite avec méthode et réalisée à l’aide d’instruments. Cesinstruments permettent d’observer, de mesurer, de calculer, de manière beaucoup plus précise que ne le font l’œil ou l’oreille. Ils sont des incarnations de théories. De même le laboratoire permet de réaliser des expériences dans des conditions stables.
Le constat scientifique nous amène directement à idéaliser l’organisme comme un système autosuffisant qui vise sa propre conservation. Latéléonomie de l’organisme est vue dans l’indépendance que celui-ci possède vis-à-vis de l’environnement, pouvant de façon autonome assurer sa croissance et sa reproduction. Il possède d’ailleurs des systèmes de défense contre les attaques du milieu. Le vivant est lu par la science, à travers la génétique, la biologie, la botanique ou encore la zoologie, tout cela grâce à des théories ou des lois naturelleset normales, des sciences inductives, des comportements ou des programmes. L’éthologiste éclaire ainsi le vivant à partir de son comportement, qui se manifeste comme un mouvement orienté, un ensemble de tendances qui dresse la carte des valeurs du vivant. . La chimie et la biologie avec la théorie cellulaire n'ont fait qu'incarner les corpuscules sans qualités et les conglomérats d'atomes...
tracking img