La consciance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1982 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Alain, Définitions : la conscience (2)

Commentaire philosophique d’un extrait de Définitions d’Alain, sur la conscience.

Texte étudié

« La conscience est le savoir revenant sur lui-même et prenant pour centre la personne humaine elle-même, qui se met en demeure de décider et de se juger. Ce mouvement intérieur est dans toute pensée ; car celui qui ne dit pas finalement : "Que dois-jepenser?" ne peut être dit penser. La conscience est toujours implicitement morale ; et l'immoralité consiste toujours à ne point vouloir penser qu'on pense, et à ajourner le jugement intérieur. On nomme bien inconscients ceux qui ne se posent aucune question d'eux-mêmes à eux-mêmes. Ce qui n'exclut pas les opinions sur les opinions et tous les savoir-faire, auxquels il manque la réflexion,c'est-à-dire le recul en soi-même qui permet de se connaître et de se juger; et cela est proprement la conscience.
Rousseau disait bien que la conscience ne se trompe jamais, pourvu qu'on l'interroge. Exemple: ai-je été lâche en telle circonstance? Je le saurai si je veux y regarder. Ai-je été juste en tel arrangement? Je n'ai qu'à m'interroger; mais j'aime mieux m'en rapporter à d'autres. »
(Alain,Définitions)

Introduction

La conscience semble caractériser l'homme et en faire un sujet capable de se connaître et d’agir en pleine conscience de ses actes. D'où vient alors que parfois nous refusons de nous reconnaître dans ce que nous faisons et déclarons ne pas en être responsables ?
Pour Alain, l'inconscient ne peut servir d'excuse ni de prétexte pour une quelconque déresponsabilisation.Il nous faut, en effet, admettre que la conscience est toujours capable de dédoublement et que nous pouvons toujours juger clairement de nos actes et donc être moraux.
Le texte progresse en partant de la définition de la conscience comme retour sur soi (lignes 1 a 4) pour en déduire, d'une part, le rapport qui existe entre conscience et morale et, d' autre part, la nécessité d'une critique del'inconscient (lignes 4 a 10). Pour finir, des exemples illustrent la nécessaire et toujours possible réflexion sur soi-même (lignes 11 à 14).
L'intérêt philosophique de ce texte réside dans la critique de l'inconscient qu'y fait Alain. Or ne pourrait-on pas objecter à Alain que la théorie freudienne permet peut-être de mieux se connaître et de mieux mesurer la portée de ce que nous pensons etfaisons ?

I) Partie explicative

I-1 Définition de la conscience comme réflexion sur soi-même (lignes 1 a 4)

Alain part de la conception classique de la conscience qui identifie celle-ci à un retour sur soi et à un possible jugement intérieur.
Lignes 1 et 2 : La conscience est identifiée a la réflexion sur soi-même ("savoir revenant sur lui-même") qui prend donc pour objet (de savoir) le sujetlui-même plutôt que le monde extérieur. La conscience est ainsi et d'abord interrogation possible sur nos propres pensées.
Lignes 3 et 4 : Alain reprend ensuite la conception cartésienne qui affirme que cette réflexion ("mouvement intérieur") est justement ce qui définit l'essence de la pensée ("toute pensée"). Ainsi toute pensée est consciente d'elle-même et si je n'ai pas conscience de penserau moment ou je pense, alors c'est que je ne pense pas vraiment or cette conscience qui accompagne nécessairement la pensée prend très souvent la forme d'un jugement sur la valeur de ce que l'on pense : " Que dois-je penser ? " se demande-t-on fréquemment. Ainsi avoir conscience de penser, c'est se demander si ce que l'on pense est juste.

Transition : Cette définition annonce la portée morale dela conscience.

I-2 Portée morale de la conscience et critique de l'inconscient (lignes 4 à 10)

Alain déduit des quatre premières lignes du texte le caractère moral de la conscience et l'immoralité de l'inconscience qui consiste à agir sans réflexion sur soi-même et donc de manière injuste.
Lignes 4 a 7 : Le caractère réflexif qui fait de la conscience un jugement intérieur lui confère...
tracking img