La conscience de soi est-elle une connaissance ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1120 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La conscience de soi est-elle une connaissance ?

Analyse des termes du sujet

Conscience
- conscience morale : ce sens n’a rien à voir ici
- conscience de soi :
- conscience du sujet transcendantal
- conscience du moi empirique
- conscience comme connaissance / conscience comme quelque chose de plus flou, de moins clair, comme une sorte de connaissance pratiqueenracinée dans l’action (on voit bien, intuitivement, que la conscience n’est pas toujours la connaissance)
- conscience de soi comme lucidité sur soi, transparence à soi-même, comme le fait d’être « psychanalysé », dépourvu d’inconscient, guéri, etc. Cela désigne alors une sorte de propriété psychique, psychanalytique ou existentielle du sujet. Un peu comme si l’esprit était un écheveau, quipouvait être noué ou dénoué, l’état dénoué étant caractérisé par la conscience de soi.

Soi
- sujet transcendantal, le Je du Je pense, le moi connaissant
- moi empirique, moi connu :
- corps, actions, etc. (visible par tout le monde)
- sentiments, volonté, émotions (visibles de moi seul)
- personnalité, caractère, tendances, etc. (obtenus par abstraction)

Connaissance
-connaissance théorique, abstraite, formelle, objective (ex : connaître la loi de Newton, connaître les dates de naissance et de décès des grands philosophes, connaître un livre, etc.)
- connaissance subjective, pratique, concrète, intuitive, savoir-faire, savoir s’y prendre, entente, avoir l’habitude d’un rapport… (ex : s’y connaître en bagnoles, un menuisier connaît le bois, un surfer connaît lesvagues ou l’océan, un chasseur connaît la forêt)
- connaissance de l’objet par opposition à la conscience du sujet
- connaissance par opposition à la conscience de la connaissance (être conscient que je connais une chose…)

A partir des différents sens des concepts de conscience de soi et de connaissance on peut même s’amuser à faire un tableau pour voir les manières possibles de penser laquestion. Si on ne retient que deux sens principaux pour chaque concept, on peut déjà comprendre la question posée de quatre façons différentes :

| |connaissance |
| |théorique, abstraite |pratique, concrète|
| | |Oui : le cogito est la première certitude, la connaissance|Cette question (la conscience du « Je |
| |conscience du |suprême qui fonde toutes les autres (Descartes) |pense » est-elle une connaissance pratique, |
| |sujet pensant |Non : conscience du sujet ≠ connaissance d’un objet(Kant)|concrète ?) n’est pas très intéressante, il |
|conscience | | |serait difficile de répondre que oui. |
|de soi | | | |
| |conscience du |Oui : la conscience de soi estconnaissance de soi (thèse |Oui : la conscience de soi est expérience |
| |moi empirique |naïve, introspection) |d’un rapport au monde |
| | |Non : la conscience de soi n’est pas du tout une connaissance mais une projection (Heidegger, Sartre) |

Idées

- La conscience de soi est uneconnaissance, et même la connaissance suprême (Descartes)
- La conscience de soi n’est pas une connaissance (Kant)
- La conscience pure de soi n’est pas une connaissance mais une sensation (Nietzsche)
- Il n’y a pas de conscience de soi (Hume)
- La conscience de soi n’est pas un sentiment – un tel sentiment n’existe pas (Hume) – mais une idée abstraite ; donc elle est le résultat de multiples...
tracking img