La conscience et la la liberté

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1235 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le sujet étudié met en jeu deux notions, le savoir et la croyance. Le savoir est défini, selon le Trésor de la langue française informatisé, comme l'ensemble des connaissances d'une personne ou d'un groupe acquises par l'étude, par l'observation, par l'apprentissage et par l'expérience. La croyance est le fait de tenir quelque chose pour vrai, et ceci indépendamment des preuves éventuelles deson existence, réalité, ou possibilité. La croyance est une façon de penser qui permet d'affirmer, sans esprit critique, des vérités ou l'existence de choses ou d'êtres sans avoir à en fournir la preuve, et donc sans qu'il soit possible de prouver qu'elles sont fausses. Le savoir se présente comme la fin de la croyance. Néanmoins, il faut quand même se demander si le savoir exclut-il nécessairementla croyance ? Nous verrons donc d'abord que la croyance disparait devant le savoir, puis nous nuancerons cette idée en montrant que croyance et savoir peuvent coexister.

Tout d'abord il y a une forte contradiction entre le savoir et la croyance. Le savoir est fondé sur la raison, il apporte des certitudes, il donne les raisons de ce qu'il proclame comme vrai, par des observations, par despreuves. Au contraire, la croyance ne se base pas sur des démonstrations mais elle affirme qu'une opinion est vraie sans forcément la prouver. La religion ne demande pas d'explication là où le savoir en cherche une. Une croyance ne peut établir sa propre vérité sur aucune observation réelle, elle se repose sur une intuition, sur la foi. Nous pouvons prendre l'exemple de la théorie de l'évolutionexpliqué par le naturaliste Charles Darwin dans son ouvrage De l'origine des espèces (1859). Cette approche de l'évolution des espèces est en total désaccord avec la création selon la doctrine chrétienne. C'est ici qu'intervient le problème : comment se place le croyant ? Que faut-il croire ? D'un côté, les thèses religieuses sans preuves et de l'autre les faits scientifiques. C'est ainsi que lacroyance refuse les observations expérimentales et donc la croyance se permet de tout admettre.

"Une croyance est l'imagination (représentative) de quelque chose comme étant réel ou comme représentant quelque chose de réel." Si l'on se fie à cette définition de la croyance, on peut dire que la croyance est contestable et incertaine car c'est une imagination. Contrairement à la croyance, le savoirpar la science est certain grâce aux démonstrations notamment mathématiques. La croyance à l'inverse ne demande pas de garanties pour les dires qu'elle prétend soutenir. C'est pourquoi aucune raison n'indique qu'il faut s'y fier et y croire. De plus si l'on restreint la croyance à la croyance religieuse, alors les croyances s'opposent et aucune ne peut être considérée plus vraie que les autres.Selon les religions, l'avenir de l'humanité n'est pas la même. Par exemple, personne n'a jamais prouvé l'existence de Dieu, toutefois le croyant peut l'affirmer comme une vérité sans apporter des preuves. Cela donc reste une incertitude.

La croyance et le savoir ont le même but : celui d'imposer la vérité. Dans ce cas, le savoir est destiné à remplacer la croyance. En effet, seul le savoirpeut prouver ce qu'il affirme, ce qui fait que la croyance est écartée. Le savoir contredit radicalement certaines croyances. Prenons l'exemple La théorie de l'héliocentrisme de Copernic. En effet, à l'époque, la croyance était le Géocentrisme et la découverte de Copernic a contrarié les religions et maintenant on sait car c'est prouvé scientifiquement que c'est bien la Terre qui tourne autourdu Soleil. Ainsi les théories scientifiques peuvent expliquer les phénomènes physiques qui nous entourent. Le savoir, progressivement, s'affranchit des superstitions. Il y a quelques siècles à peine, certains lieux de la planète, encore pas découverts, faisaient peur. Maintenant on sait ce qu'il y a, donc ces superstitions sont en baisse. Le savoir est l'ennemi principal de la croyance, ainsi il...
tracking img