La conscience et le corps

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 32 (7801 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La conscience et le corps
Dans l’attitude naturelle, nous avons tendance à considérer la conscience de la même manière que le corps, comme une chose. L’esprit – le sujet doué de conscience – est une chose pensante certes, mais une chose tout de même. D’ailleurs la chosification de l’esprit est une représentation banale, antérieure à toute réflexion philosophique. Nous disons « j’ai unesprit », « j’ai une âme », comme on dit « j’ai un mouchoir dans la poche », car penser la réalité sous la forme de "chose" est une propension naturelle dans la vigilance. Nous supposons qu’il y a quelque part une "chose" appelée âme, qui est comme répandue ou qui hante une autre chose appelée « corps ». Cette représentation est assez confuse. En tout cas, elle indique une forme banale dematérialisme, sans donner de relation précise entre la conscience et le corps.

Mais le matérialisme spontané nous gêne aussi. Le cadavre qui lentement se décompose, c’est la vie qui s’en va. Il est assez commun de penser que l’esprit s’en est allé et de ce point de vue, nous sommes coincés, nous ne pouvons pas assimiler la vie organique du corps, à la vie psychique de l’esprit. Je suis peut-êtresouvent soumis à mon corps, mais je peux aussi le vaincre, le renier, le dépasser. Je suis plus que mon corps. Mais alors quelle est la relation entre ma conscience et mon corps?

Il faut donc reprendre le problème en étant plus explicite. Il nous faut préciser en quel sens la vie organique et la vie psychique sont liées dans cet étrange carrefour de l’esprit et de la matière qu’est le corps. Quellerelation la conscience entretient-elle avec le corps ?

* *
*

A. Les doctrines de la relation corps-esprit
Ne mélangeons pas tout. Conscience est un terme qui désigne avant tout un état, celui de la vigilance. Conscience s’oppose à inconscience, comme la vigilance s’oppose au sommeil. On peut parler de semi-conscience dans des états frontière, comme l’état comateux. Cependant, il arrive quesous ce terme de conscience, on désigne non un état, mais un objet, comme si la conscience et le corps étaient deux objets et qu’il faille entre eux trouver une relation. Il est dans la nature de l’intentionnalité de nous incliner à penser de manière chosique et donc de voir la conscience comme un objet. C’est le propre de la vigilance que d'avoir tendance à réifier ses objets. Mais peut-onéviter de raisonner de cette manière sur la relation corps-esprit ? Examinons la question d’un point de vue métaphysique. (texte)

Seul le corps est véritablement dans l’ordre de la chose, car il est effectivement situé dans l’espace-temps-causalité. Le corps peut d’emblée être pensé comme une substance douée de propriétés. Peut-il en être de même de l’esprit ? Un corps physique possède une identitéd’objet : un couteau, une glace sur le mur, un bloc de marbre, une mare au milieu d’un champ, une carcasse de voiture abandonnée. Par contre, un esprit possède une identité de sujet, il est une entité spirituelle. Pour régler le problème de la nature de la relation corps-esprit, il est possible de se prononcer en faveur d’une doctrine spéculative qui en rend compte. Nous disons spéculative ici, caril s’agit de se prononcer par la voie du raisonnement en allant au-delà de l’expérience pour tenter d’élaborer une représentation satisfaisante.

Nous avons deux éléments :







Qu’il s’agit de mettre en relation d’une manière ou d’une autre. Il y a plusieurs possibilités.

1) On appelle épiphénoménisme une doctrine qui soutient que l’esprit est produit par le corps, ouque le phénomène de la conscience est accessoire, par rapport aux mécanismes biologiques du corps. Il s’agit donc d’une forme de matérialisme, doctrine qui suppose une seule réalité, celle de la matière. Techniquement, cette position est une composante de ce que l’on appelle le monisme matérialiste. Cela donne en schéma :





Le corps produirait la conscience, comme...
tracking img