La conscience, l'inconscient

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1005 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
.La conscience, l'inconscient
.L'homme, dans la mesure où il est conscient, c'est-à-dire capable de se prendre lui-même pour objet de pensée, n'est plus simplement dans le monde comme une chose. ou un simple être vivant, mais il est au contraire devant le monde : la conscience., c'est la distance qui existe entre moi et moi-même et entre moi et le monde.

1. La conscience fait-elle la grandeurou la misère de l'homme ?
• Pascal répond qu'elle fait à la fois l'une et l'autre. Parce qu'elle rend l'homme responsable de ses actes, la conscience définit l'essence. de l'homme et fait sa dignité. J'ai conscience de ce que je fais et peux en répondre devant le tribunal de ma conscience et celui des hommes : seul l'homme a accès à la dimension de la spiritualité et de la moralité.

•Pourtant, parce que la conscience l'arrache à l'innocence du monde naturel., l'homme connaît aussi par elle sa misère, sa disproportion à l'égard de l'univers et, surtout, le fait qu'il aura à mourir.

• Cependant, avoir conscience de soi, ce n'est pas lire en soi comme dans un livre ouvert : savoir que j'existe, ce n'est pas encore connaître qui je suis. Davantage même : c'est parce que je suis unêtre de conscience que je peux me tromper sur mon propre compte, m'illusionner et me méconnaître – un animal dénué de conscience ne saurait se mentir à soi-même.

• Certes, je peux me tromper dans la connaissance que je crois avoir de moi : celui qui croyait être courageux peut s'avérer n'être qu'un lâche, etc. ; mais la pure conscience d'être, elle, est nécessairement vraie.
Ainsi, Descartes., auterme de la démarche du doute méthodique., découvre le caractère absolument certain de l'existence. du sujet. pensant : « je pense, donc je suis ». Quand bien même tout ce en quoi je crois n'aurait pas plus de vérité. que le contenu de mes songes, une certitude demeure, celle que j'existe, et aucun doute, aussi exagéré soit-il, ne peut la remettre en cause.

• Descartes fait ainsi du phénomènede la conscience de soi le fondement inébranlable de la vérité, sur lequel toute connaissance. doit prendre modèle pour s'édifier.

• Que je sois certain que j'existe ne me dit pas encore qui je suis. Descartes. répond que je suis « une substance. pensante »absolument distincte du corps. Pourtant, en faisant ainsi de la conscience une « chose. » existant indépendamment du corps et repliée surelle-même, Descartes ne manque-t-il pas la nature même de la conscience, comme ouverture sur le monde et sur soi ?

• C'est ce que Husserl. essaie de montrer : loin d'être une chose ou une substance, la conscience est une activité de projection vers les choses. Elle est toujours au-delà d'elle-même, qu'elle se projette vers le monde, ses souvenirs ou l'avenir, à chaque fois dans une relation ouvisée que Husserl nomme « intentionnelle. ».

• Que la conscience ne soit pas une substance., mais une relation, cela signifie que c'est par l'activité de la conscience que le monde m'est présent. Husserl. tente tout au long de son œuvre de dégager les structures fondamentales de cette relation, à commencer par la perception. Il montre ainsi que celle-ci est toujours prise dans un réseau designifications : je ne peux percevoir que ce qui pour moi a un sens.

• Quand on l'a retrouvé, Victor, l'enfant sauvage qui avait grandi élevé par les loups, ne sursautait pas lorsqu'on tirait derrière lui un coup de feu, mais se retournait lorsqu'on décortiquait des noix : le coup de feu n'était tout simplement pas perçu, parce qu'il ne signifiait rien.

• Lorsque je perçois quelque chose, je levise en fait sous la forme d'un « comme » : je me rapporte à la cruche comme à ce qui sert à boire, etc. C'est en ce sens qu'il n'y a pas de perception sans signification.

• Surtout, la conscience constitue la perception : par exemple, je ne verrai jamais d'un seul regard les six faces d'un cube. Il faut donc que ma conscience fasse la synthèse. des différents moments perceptifs (le cube de...
tracking img