La conscience

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1768 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
*N'exprime-t-on que ce dont on a conscience *?
Au cours d’une conversation sur un sujet quelconque, il peut arriver que nous évoquions par exemple le thème de la mort. Face à nous, autrui semble troublé, et se met soudainement à pleurer : on apprend alors qu’il a perdu sa mère la semaine dernière ; nous l’ignorions. Ainsi, nous l’avons blessé sans en avoir l’intention. Peut-on alors être tenucomme responsable de ses pleurs ? Avons-nous maîtrisé tous nos dires ? Pouvions-nous prévoir l’effet de nos paroles sur autrui ? Il semble bien difficile en effet d’être totalement maître de nos actes et d’en prévoir complètement les conséquences. N’exprime-t-on alors que ce dont on a conscience ? Il convient d’abord de définir la notion « d’expression », et ensuite de mettre en évidence lacomplexité de la relation à autrui par l’expression. Quelque chose nous échappe-t-il constamment ? Pourquoi l’interprétation d’autrui est-elle imprévisible ?
Nous allons donc dans un premier temps analyser le degré de conscience dans l’expression, pour aborder ensuite la multiplicité des occasions d’expression qui nous échappe et leurs conséquences sur le lien qui me lie à autrui.
Est-il alorspossible d’avoir conscience de tout ce que l’on exprime ? Dans quelles mesures maîtrisons-nous les conséquences de nos différentes formes d’expression ?
Le verbe « exprimer » trouve son étymologie dans le latin « premere » qui signifie littéralement presser, comprimer. Exprimer, c’est donc extérioriser un sentiment, une impression ou une opinion ; la transférer de son intérieur vers notreextérieur. Cependant, ce qui se trouve à l’intérieur de nous-mêmes est-il toujours compatible avec notre extérieur, notre intérieur propre est-il toujours prêt à être extériorisé ? Contrairement à la pensée commune, il se trouve que ce que l’on ressent à l’intérieur de nous n’est pas toujours disponible pour l’extériorisation. En effet, nous n’avons pas immédiatement conscience que l’exprimé à besoind’être mis en forme avant son extériorisation. Pourtant, ce travail est nécessaire et fondamental pour un transfert réussi vers l’extérieur et une bonne interprétation par autrui. En prenant par exemple l’exemple de peintre, celui-ci conçoit d’abord son œuvre dans son intérieur, « dans sa tête » : il la pense avant de l’exécuter. Son tableau est préalablement situé dans son imagination avant d’êtreobjectivé. On dit alors que le tableau existe « en puissance », c'est-à-dire qu’il est à son stade d’idée avant d’être concrétisé sur la toile. En effet, il ne suffit pas de transposer un tableau déjà prêt de son intérieur vers l’extérieur. Quand le tableau passe de son statut de maturation à son statut de réalisation effective, les actes imprévus et les démarches, volontaires ou non, plus ou moinsartistiques contribuent à modifier dans leur confrontation au concret l’idée initiale du peintre ; elles contribuent à développer l’idée intérieure du peintre, qui n’était pas comme telle à son stade initial dans l’esprit du peintre. Il en va de même pour les sentiments et les ressentis. Il n’existe, par exemple, aucun amour absolu. Celui-ci est le fruit d’un mélange opéré dans le temps entre nosconvictions profondes sur la signification du sentiment amoureux, ce que nous éprouvons intérieurement et les manières d’aimer acquises au travers des films, romans ou même d’un modèle pris sur nos proches. Ainsi, l’amour n’est pas absolu. Il n’est que relatif, c'est-à-dire lié à un certain contexte culturel. Ainsi, l’on observe qu’il y a donc plusieurs manières d’exprimer un sentiment pour autantunique, tel que l’amour. L’expression est donc relative, changeante, mouvante et relative.
Est-il alors possible d’avoir conscience de se que l’on va exprimer, quand bien même l’expression est changeante ? Il existe, nous l’avons vu, un échange entre l’intérieur et l’extérieur. Ainsi, chacun contribue à modifier l’autre dans ce mélange dynamique, pour former un produit synthétique des deux :...
tracking img