La construction de l'etat nation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5858 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
CHAPITRE 3 : LA CONSTRUCTION DE L’ETAT NATION
-Après avoir vu comment s’est développée la forme étatique en France à partir du Moyen âge et surtout du 16ème, ce chapitre sera consacré à la construction de ce que l’on appelle l’Etat-nation, au 19ème.
-Etat-Nation : forme d’Etat dont l’autorité politique s’exerce sur une population qui se reconnaît dans une appartenance commune, qui partagedes affinités diverses, en particulier la langue.
-L’Etat nation réalise donc la fusion entre 2 entités qui ne coïncident pas toujours. Il existe de nombreux Etats qui ne sont pas des Etats nations, dans lesquels coexistent plusieurs nations : exemple de la Belgique, ou du Royaume-Uni. Même au sein des Etats nations dits unitaires, il est rare qu’il n’existe pas, même de façon marginale, desaspirations qui contestent la définition de la nation et son emprise.
-Comme pour les autres chapitres, on s’appuiera principalement sur l’étude du cas français même si les processus de construction de l’Etat- nation et de nationalisation des sociétés ne concernent évidemment pas que la France, on le verra. Les concepts de « nation » et « d’Etat-nation » sont aujourd’hui au cœur de nombreuxconflits.
-Ex le conflit israélo-palestinien. Un même territoire pour 2 peuples qui se considèrent comme des nations différentes et qui revendiquent la même terre au titre de la vision qu’ils mobilisent de leur propre histoire.
-Les conflits qui ont touché l’ex- Yougoslavie à partir des années 90 sont aussi à mettre en lien avec l’idée de nation, puisque les revendications nationalistes etautonomistes ont contribué au déclenchement de conflits et à l’éclatement de l’ancienne fédération.
-Le problème auquel sont confrontés les Etats est de faire coexister sur un même territoire des populations qui ne se reconnaissent pas nécessairement une appartenance commune. Cette notion de sentiment d’appartenance commune est centrale dans l’analyse de la construction des nations on y reviendra.-Ce n’est pas l’objet du cours que de revenir sur les différents conflits et sur les nationalismes actuels. Mais pour comprendre ces conflits, il faut comprendre comment a pu apparaître cette idée de nation et comment s’est progressivement imposé une nationalisation des consciences qui a pu faire naître des identités nationales différentes et qui a contribué à associer l’idée de nation et celled’Etat. Il y a une différence sur ce point avec l’empire romain.
-Les recherches sur la genèse des Etats-nation sont donc primordiales pour comprendre l'état actuel de notre système politique « international » et pour rendre compte des conflits qui ont opposé et opposent encore aujourd’hui des peuples entre eux.
-Dans ce cours, nous allons donc essayer de répondre à plusieurs questions :*Comment se développe la conscience nationale ? Quelles sont les conséquences de ce développement ? Quels sont les facteurs explicatifs de l'assimilation nationale ?
-Ici encore, seule une approche de sociologie historique peut aider à répondre à ces ?. Il ne suffit pas d’avoir une définition abstraite de la nation pour comprendre les processus de construction des identités nationales. Il faut êtreattentif aux pratiques tant juridiques que sociales qui ont permis à ce que s’impose progressivement cette forme particulière de fonctionnement d’une société. Certes c’est le droit qui établit la nationalité en distinguant les « nationaux » des « étrangers » on y reviendra. Mais le droit n’explique pas tout. Il faut aussi expliquer comment se sont construites les catégories que le droit définit.L’intériorisation des identités nationales passe par un ensemble d’actes sociaux comme le fait de partager les mêmes symboles ...
-C’est la raison pour laquelle je vous ai reproduit sur le poly une photo de la place de la Nation à Paris
-Ce monument (place de la Nation à Paris) porte en lui bien des éléments que l’on va développer :
*c’est l’ancienne place du Trône : on verra que, si...
tracking img