La controverse de valladolid

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1064 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de Lecture
La Controverse de Valladolid

I) Biographie

Jean-Claude Carrière est né en 1931 dans le Languedoc. Fils de viticulteurs, il fait ses études au lycée Lakanal et à l’Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud, où il obtient une licence en Lettres et une maîtrise d’Histoire. Il publie en 1957 son premier roman, Lézard. Il a travaillé avec Pierre Etaix et Peter Brook. Il est à lafois écrivain, scénariste, parolier, acteur, mais surtout réalisateur. Il adapte au cinéma de nombreuses œuvres littéraires, dont Cyrano de Bergerac ou sa Controverse de Valladolid. Il obtient de nombreuses récompenses et reconnaissances : il reçoit en 1963 l’Oscar du meilleur court métrage, pour Heureux Anniversaire , le César du meilleur scénario pour Le retour de Martin Guerre en 1982, et ilest officier de la Légion d’Honneur.

Bibliographie :
• L’Aide-Mémoire (Théâtre), 1968
• La Controverse de Valladolid (Théâtre), 1999
• Trente ans à peine (Théâtre), 2003
• Audition (Théâtre), 2010

• Humour 1900, 1963
• Mon dernier soupir (Autobiographie), 1983
• La Controverse de Valladolid, 1992
• La Force du bouddhisme, avec le Dalaï-Lama, 1994
• Le Cercle des menteurs, 1999
• LeDictionnaire amoureux de l’Inde, 2001
• Mon chèque, 2010

Filmographie :
• Heureux Anniversaire (avec Pierre Etaix), Oscar du meilleur court-métrage en 1962
• Le Charme discret de la Bourgeoisie, nominé pour l’Oscar du meilleur scénario inédit en 1972
• Cet Obscur désir, nominé pour l’Oscar de la meilleure adaptation en 1977
• Le retour de Martin Guerre, César du meilleur scénario en 1982• Cyrano de Bergerac, nominé pour le César du meilleur scénario en 1990
• La Controverse de Valladolid (TV), 1992
• Le Ruban blanc, 2009
• L'histoire secrète des Dalaï-Lamas, à venir

II) Etude de l’œuvre

Contexte de l’œuvre :

La société du XVIème siècle est tout d’abord une société religieuse et catholique, où l’Eglise et le Pape possèdent encore un très grand pouvoir de décision.Face aux nouveaux peuples découverts, l’Eglise ne sait pas trop quoi faire : les reconnaître en tant qu’êtres humains, ou les considérer comme des animaux, inférieurs ? Elle est juge et partie puisqu’elle aussi participe à la traite des Indiens.
Le XVIème siècle est également un siècle de découvertes : après l’expédition de Christophe Colomb, d’autres nombreuses expéditions sont organisées en «Inde orientale ». Le roi d’Espagne se demande donc s’il est juste d’asservir les Indiens.

Résumé de l’œuvre

Après un rappel des faits historiques (et un rappel du fait que l’auteur ne cherche pas à retranscrire une réalité historique, mais à la dramatiser), le roi d’Espagne fait organiser un débat entre deux théologiens : un philosophe pro-conquistadors, Ginès de Sépulvéda, un moinedominicain humaniste, envoyé par le Pape, défenseur des Indiens, Bartolomé de Las Casa, et un juge, le Cardinal Roncieri. La problématique est clairement posée, et les enjeux sont importants : c’est ce débat qui va décider si oui ou non la traite des Indiens doit continuer.
Le débat débute, et chacun à son tour prend la parole, pouvant couper l’autre. Les protagonistes comprennent que ce n’est pasleur adversaire qu’il faut convaincre, mais le légat, et de Sépulvéda n’hésite pas à transformer son discours en interrogatoire de Las Casas fait d’attaques ad hominem. Ils sont cependant tous d’accord sur un point : c’est par le christianisme que leur âme doit être sauvée. Ces joutes verbales sont relayées par l’apport de preuves et d’analyses dites scientifiques : on amène d’abord une statue d’undieu Indien serpent très laide selon le Cardinal. Des Indiens sont ensuite examinés par des médecins, qui sont étonnés par l’absence de pilosité. La question de la fécondation se pose, et est vite résolue : les femelles indiennes peuvent être fécondées par des Européens, et leurs enfants sont normalement constitués. On frappe la statue avec une massue, ce qui fait réagir un Indien. Mais chacun...
tracking img