La crise cardiaque

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4634 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Travaux pratique encadré

A) qu’est ce que c’est

Le myocarde ou muscle cardiaque est vascularisé par les artères coronaires, lorsque celle-ci se bouchent (caillot, thrombose ou spasme), le myocarde ne reçoit plus de sang et donc manque d’oxygène, il souffre d’ischémie.
L’infarctus du myocarde est la nécrose, d’origine ischémique, d’une zone plus ou moins étendue du myocarde (aumoins 2 cm²) : les cellules musculaires du cœur, asphyxié, ne parviennent plus à se contracter et meurent en quelques heures. La gravité de l’infarctus tient surtout de l’étendue des dommages : plus l’artère obstruée irrigue une zone importante, plus l’infarctus est grave.
Si l’atteinte est très étendue, le fonctionnement même de toute la pompe cardiaque est altéré (loi de Poiseuille). Il enrésulte une insuffisance cardiaque plus ou moins aiguë, des contractions anormales ou anarchiques qui impose le transfert dans une unité de réanimation.
L’infarctus du myocarde (IDM) est une des complications majeurs de l’athérosclérose des artères colonnaires il touche un homme sur cinq entre 40 et 60 ans mais la femme et l’individu jeune ne sont pas épargnés (nous en parlerons dans la suite de ceTPE).
Les facteurs favorisants sont connus :
-l’hypertension artérielle
- le tabac
- le diabète
- ’obésité
- le stress
(Grand 2)

B) quelques chiffres

Un européen meurt d’infarctus du myocarde toutes les trente secondes.
Un français meurt d’IDM toutes les 15 minutes
Trois millions de personnes souffrent d’athérosclérose coronaire et 100000nouveau cas sont diagnostiqués tous les ans en France
400

http://www.chimix.com/an7/sup/bernoulli.htm

athérome +popiseuille

C) quels sont les symptômes de l’infarctus du myocarde

Le début peut être inopiné et brutal. Mais on retrouve souvent des signes précurseurs ou « syndromes de menace » dont la prise en compte et le traitement peuvent éviter la constitution d’un infarctus dumyocarde
- aggravation brutale récente d’une angine de poitrine jusque là bien toléré
-apparition récente d’un angor avec douleur spontanées prolongées.

L’infarctus du myocarde se manifeste le plus souvent dans la nuit ou au repos par une douleur d’apparition brutale. Cette douleur se situe derrière le sternum. Intense, constrictive, angoissante (le malade à l’impression qu’il vamourir), la douleur irradie vers la mâchoire, le bras gauche, les deux derniers doigts de la main gauche, parfois vers le dos ou le ventre. Cette douleur ressemble à celle de l’angor mais elle est durable et résiste à la Trinitrine si le malade à l’habitude dans prendre lors de ses crises d’angine de poitrine.
En pratique, toute douleur angineuse persistant plus de trente minutes est suspecte.
Ungêne respiratoire (dyspnée), de sueurs, une agitation, des nausées ou des vomissements bilieux, un hoquet, des éructions incessantes (rots) sont souvent associés.
La chute de la pression artérielle, par rapport aux chiffres habituels antérieurs, est constante. Les bruits du cœur sont sourds et rapide (tachycardie). Un galop ou un frottement péricardique sont parfois entendus à l’auscultation dumédecin.
La perte d’efficacité de la pompe cardiaque provoque une stase sanguine en aval et l’infarctus du myocarde peut s’accompagner d’un œdème aigu des poumons par insuffisance ventriculaire gauche. Dans ce cas, le médecin note une cyanose et des râles crépitants aux bases pulmonaires.
Une fièvre à 38°C apparaît 24 heures après le début des troubles et s’estompe en quelques jours.

D)Les appareils permettant de contrer l’infarctus du myocarde ou de le prévenir.

a) l’électrocardiogramme

Cet examen a pour but d’enregistrer l’activité électrique de son cœur. Le tracé électrique obtenu permet de vérifier le bon fonctionnement du muscle cardiaque ou de déceler des anomalies : des troubles du rythme (accélération ou ralentissement) ou une mauvaise...
tracking img