La crise de cuba

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (997 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1. Déroulement du confli

Lors de la découverte de missiles nucléaires à la portée de la majorité des grandes villes américaines c’est la surprise totale aux bureaux de Kennedy. Les États-Unisétaient en train de se faire doubler dans la guerre froide par l’Union Soviétique tout ça sous leur nez. Kennedy exige le secret absolu et forme le comité ´ ex-comm ª, on y retrouve plusieurs conseillersde la maison blanche, des généraux, Bobby Kennedy, etc. Les longues délibérations permettent de trouver deux solutions : le bombardement surprise de Cuba ou un blocus des navires autour de Cubapouvant contenir de futures armes nucléaires. La première option pourrait déclencher une guerre mondiale. La 2e solution ne règle pas le problème des missiles déjà à Cuba mais empêche l’arrivée de nouvellesarmes. Le 20 octobre Kennedy décide d’un blocus maritime. Le lundi 22 octobre, Kennedy annonce la nouvelle à la nation.
Le 24 octobre est la date de l’entrée en vigueur du blocus maritime. Lamarine américaine attend les 24 cargos soviétiques qui n’ont pas encore fait demi-tour. On reste cependant devant l’impasse car les armes nucléaires sont toujours à Cuba et la construction de ceux-cicontinue. Les généraux préfèrent encore la méthode d’attaquer Cuba pendant qu’il en est encore temps. Devant l’ONU les Américains présentent les photos prisent par les U2. L’opinion mondiale estsoudainement contre l’Union Soviétique.
Vendredi 26 octobre la maison blanche reçoit une lettre écrite de la main de Kroutchev par l’entremise d’un agent soviétique. Khrouchtchev demande aux Américains desauvegarder la paix à tout prix. Si les États-Unis s’engagent à ne pas attaquer Cuba et cesser le blocus, l’URSS retirera les armes de Cuba.
Le dimanche 28 octobre 1962, on entant sur les radios enUnion Soviétique que Khrouchtchev a accepté de retirer ces missiles de Cuba en échange des promesses américaines. À Washington c’est la joie. La ténacité de Kennedy a permis de sauvegarder la paix....
tracking img