La crise de la culture

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 53 (13042 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
|H|
|a|
|n|
|n|
|a|
|h|
|A|
|r|
|e|
|n|
|d|
|t|
|"|
|L|
|A|
|C|
|R|
|I|
|S|
|E|
|D|
|E|
|L|
|A|
|C|
|U|
|L|
|T|
|U|
|R|
|E|
|"|

"un bon poème est un bon poème, fut-ce une ode à Staline"

"derrière la politiques des régimes totalitaires, se cache un concept entièrement nouveau, celui du pouvoir"

"la cité est fondamentalement périssable ; sa survie ne dépendque de nous"

"toute cette fureur porte sur des faits, mais pas sur des théories ou des idées"

 

 

1 Biographie

Hannah Arendt ou la vie d'une juive allemande

▪ Née en Allemagne en 1906, Hannah n'était qu'une enfant lorsque son père meurt. ingénieur de formation, il avait étudié avec passion les auteurs classiques Grecs et Latins. Sa mère pratiquait le français et lamusique, tous deux étaient persuadés de la nécessité d'éduquer les jeunes filles

▪ De 1924 à 1929 elle suit des études secondaires, durant lesquelles elle montre une précocité extrême en philosophie, puis elle effectue ses études supérieures. Elle est successivement élève de Husserl, de Heidegger et de Jaspers. Sous sa direction elle soutient son doctorat sur "le concept d'amour chez SaintAugustin".

▪ De 1929 à 1931 naît à travers d'évènements douloureux chez cette jeune femme, la conscience de son identité juive. Elle est arrêtée par la Gestapo. Elle en réchappera miraculeusement. Suivent d'amères déceptions relatives à l'attitude de nombreux amis, en particulier, celui qui demeurera jusqu'à la fin de sa vie son maître et son amant, Martin Heidegger.

▪ De1931 à 1939 Elle réside à Paris. Au contact d'intellectuels de l'époque, Sartre, Raymond Aron, Stéphan Zweig, Bertolt Brecht, elle milite dans des organisations sionistes et facilite le départ vers la Palestine de nombreuses personnes. Après des séjours dans les kibboutz, elle revient émerveillée mais préoccupée par l'aveuglement des sionistes vis à vis de la question arabe. Elle rencontre à ParisHeinrich Blücher qui deviendra quelques années plus tard son second mari, il sera le révélateur de sa passion pour la philosophie politique.

▪ De 1940 à 1945. Elle fuit le régime de Vichy après avoir été internée quelques semaines suite à la rafle du "Vel' d'Hiv", elle émigre au Etats Unis avec sa mère et son mari. A la faveur des connaissances qu'elle avait acquises sur le comportementde la Droite française, elle publie une étude sur L'Affaire Dreyfus. C'est dans cette période qu'elle s'interroge, rédige de nombreux articles et propose d'autres solutions que la création d'un état juif excluant les arabes. Dès 1943 elle a connaissance avec Blücher de "la solution finale" à laquelle elle ne veut pas croire.

▪ De1945 à 1948 elle travaille à ses premiers ouvragesfondamentaux dont "L'origine du totalitarisme", dirige la commission pour la renaissance de la culture juive en Europe et travaille au côté des existentialistes.

▪ 1948 marque un tournant dans sa vie car elle retourne en Europe sans cacher sa joie d'entendre de nouveau parler la langue allemande. Elle retrouve Heidegger qu'elle n'abandonnera jamais malgré l'engagement momentané de celui-ciau côté des nazis.

▪ A partir de 1951 elle est déclarée citoyenne américaine et publie les origines du totalitarisme, ouvrage passionné où elle tente de savoir "ce qui s'était passé, pourquoi cela s'était passé et comment cela avait-il pu se passer". Elle y démontre le caractère inédit du phénomène totalitaire, révélation d'un mal absolu dont la cause tient dans l'existence de crimesnon punissables autant qu'impardonnables.

▪ 1952 marque l'année de sa rupture avec la politique de l'état hébreux, suite aux massacres de Kybia.

▪ De 1953 à 1958 elle donne de nombreuses conférences dans les plus prestigieuses universités qui seront reprises dans des ouvrages comme "la crise de la culture", "la condition de l'homme moderne" et "l'essai sur la révolution"....
tracking img