La crise des subprimes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1949 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La crise des subprimes

En août 2007, une expression était sur toutes les lèvres, «les subprimes». L’année suivante, c’était le tour du mot «crise». On sait grosso-modo que ce sont les subprimes qui sont à l’origine de cette crise mais que s’est-il passé exactement ?
Situation initiale, crise, analyse des causes

I – Le système subprimes

1-Le principe
Aux USA, les ménages sont notés enfonction de leur risque de défaut de crédit. Les clients les plus risqués sont dits subprimes. Depuis 1977, des lois américaines incitent les banques à prêter d’avantage aux clients subprimes. Ces lois ont pour but de permettre aux plus pauvres d’accéder à la propriété.
Les banques mettent alors en place des prêts adaptés à ces clients subprimes. Les principales caractéristiques de ces prêtssont :
-ils sont à taux variable (=l’emprunteur ne sait pas quelle sera la mensualité du mois suivant), indexé le plus souvent sur le taux directeur de la FED;
-la garantie du prêt est le bien immobilier acheté par le ménage. C’est-à-dire que si le ménage ne peut plus rembourser le prêt, la banque saisit le bien immobilier et se rembourse elle-même en revendant ce bien ;
-bien entendu, ilssont très risqués car il y a de fortes chances que l’emprunteur ne puisse plus faire face à ses mensualités et qu’il se retrouve en défaut de paiement. Qu’on se rassure, la banque compense laaaargement ce risque par une «prime de risque» fixe qui s’ajoute à la partie variable de la mensualité de l’emprunteur.

Parallèlement, les banques pratiquent la titrisation de ces crédits. C’est-à-direqu’elles font des packs de plusieurs crédits (des crédits moins risqués et des crédits subprimes) qu’elles revendent sur les marchés. Ces titres portent en général le nom de Collateralised Debt Obligations (CDO) ou de Asset-Backed Security (ABS), vous avez du en entendre parler.
(Vous connaissez ou vous voulez que j’explique en détails ?)
Quel est l’intérêt pour la banque de pratiquer la titrisation ?-La vente des titres permet à la banque de disposer de liquidités qu’elle peut à nouveau prêter.
-La banque se débarrasse du risque. En effet, si l’un des emprunteurs est défaillant, c’est celui qui a racheté le titre qui est couillé.
-La banque fait disparaître le crédit de son bilan. Elle peut ainsi continuer à prêter sans dépasser le ratio Cooke [SCHEMA]

Ces titres sont vendus etrevendus à toutes sortes d’investisseurs à travers le monde, parfois retitrisés plusieurs fois… de sorte qu’il devient difficile de savoir exactement qui possède des crédits subprimes et en quelle quantité. Mais les CDO sont très bien notés par les agences de notation donc la question ne se pose guère.

2-Le succès
Après l’éclatement de la bulle internet en 2001, la FED garde des taux directeurstrès bas, autour de 1%, pour favoriser la création monétaire. Or, je vous ai dit que les intérêts des prêts subprimes étaient indexés sur le taux directeur de la FED. Les prêts subprimes deviennent donc de plus en plus intéressants et se développent énormément au début des années 2000. Ainsi, les prêts subprimes représentent 9% des emprunts en 2000 et 20% en 2006.
A cette même époque, les prix del’immobilier sont en forte augmentation. Les banques hésitent donc encore moins à prêter aux emprunteurs à risque car en cas de défaillance, la revente du bien immobilier à une valeur plus importante que son prix d’achat permettra à la banque de se rembourser, voire même de faire une plus-value.

Pour résumer, on a un système de prêts à risque aux mensualités indexés sur le taux directeur de laFED. Ces crédits ont été revendus dans le monde entier et énormément d’organismes financiers (banques, investisseurs institutionnels, hedge funds…) ont de tels actifs à leur bilan. Tant que la FED maintient un taux bas et que les emprunteurs peuvent payer leurs mensualités, tout va bien…

II – La crise

1-Déclenchement
Mais à partir de mi 2004, la FED élève son taux directeur pour lutter...
tracking img