la crise des subprimes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2358 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 octobre 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Correction de Macroéconomie
"La récente crise financière contredit elle l'hypothèse d'efficience des marchés financiers"
Introduction
Le prix de la Banque de Suède, communément appelé Prix Nobel d'économie a été décerné il y a quelques semaines à trois économistes pour leurs travaux concernant l'efficience des marchés _nanciers. Ainsi, E. Fama, L.P. Hansen
et R. Shiller bien qu'avec destravaux menant à des résultats antagonistes ont fait progresser la science économique dans
le domaine l'e_cience des marchés _nanciers. La crise _nancière récente, tout comme ses prédécesseurs avait pourtant
largement entamée la crédibilité de ce champ de l'analyse économique.
Dé_nition des termes La récente crise _nancière fait référence à la crise _nancière consécutive à l'e_ondrement dumarché immobilier américain durant les années 2006-2007. A l'origine de ce mécanisme, des crédits accordés à des ménages
non solvables et risqués, les ménages " NINJA ". Les banques acceptent de prêter à ces ménages dans la mesure où ces
prêts sont des prêts hypothécaires, le bien immobilier étant saisi si les traites ne sont pas payées. Qui plus est, dans un
contexte de marché immobilier haussier,en situation de non remboursement, les banques sont assurées de revendre le
bien plus cher qu'à l'achat et donc de rentrer dans leurs frais avec une plus-value. Pour contourner les réglementations
prudentielles limitant le crédit, les banques sortent de leurs bilans ces crédits immobiliers en les titrisant, c'est-à-dire en
les cédants à des sociétés qui les achètent et deviennent de fait lescréancières des ménages. Les banques allègent ainsi leur
bilan et engrangent des liquidités leur permettant de prêter à de nouveaux ménages et d'alimenter de fait la demande sur
le marché immobilier, accentuant sa tendance haussière. Les sociétés véhicule ont recours à une technique de découpage
de créances a_n de créer des " paquets de créances " composées de plusieurs fraction de créances, plusou moins saines,
mais qui sont notés triple A par les agences de notation et écoulés facilement sur les marchés _nanciers. La hausse
important et continu du taux d'intérêt directeur de la FED durant l'année 2006 pour contrer le risque d'in_ation, réduit
l'o_re de crédit et alourdit les échéances des ménages endettés (à taux variables) et augmentent le nombre de défauts,
augmentant l'o_re sur lemarché immobilier et retournant ainsi le marché, celui-ci adopte alors une trajectoire baissière,
continuellement alimentée par les nouveaux défauts et la mise en vente de nouveaux biens immobiliers. La titrisation et le
découpage des créances rendent très compliquée l'identi_cation du risque sur les marchés _nanciers et la panique se saisit
des opérateurs de marchés. De nombreuses cotationssont suspendues, de nombreux agents vendent simultanément leurs
titres sur les marchés _nanciers pensant qu'il est encore temps. Ce mouvement massif de vente explique le krach boursier
et la chute des cours qui alors s'auto-entretient. Les banques sont également concernées par ces produits " toxiques " dont
elles se sont largement portées acquéreuses et participent à ce mouvement de chute descours a_n de trouver la liquidité
nécessaire à leur fonctionnement. Cependant, sur le marché monétaire, la crise de con_ance qui s'installe bloque le prêt
interbancaire (on parle de credit crush). Le crédit est très largement resserré voire bloqué ce qui atteint l'économie réelle.
C'est cet enchainement et ses origines qu'il faut analyser à l'aune de l'hypothèse d'e_cience des marchés _nanciers.Le terme "hypothèse d'e_cience des marchés _nanciers" fait référence à l'idée qu'ils existent sur un marché _nancierune valeur fondamentale (_ux monétaires futurs actualisés auxquels son détenteur peut prétendre) pour chaque actif et
que le prix de marché ne s'éloigne pas de cette valeur. On rapproche aussi l'hypothèse d'e_cience avec l'idée qu'il n'est
pas possible de prévoir l'évolution...