La crise economique mondiale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3508 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LE MONDE
cOMMENT LA GRÊCE EN EST ARRIVEE LA ?

Depuis la révision à la hausse de son déficit public en novembre, la Grèce a perdu la confiance des marchés et ses partenaires se divisent quant aux solutions à lui apporter. Retour sur quatre mois de crise.
La perte de confiance des marchés
En novembre 2009, le nouveau gouvernement socialiste grec, issu des élections de début octobre,multiplie par deux l'estimation de déficit budgétaire faite par la droite sortante, pour la porter à 12,7 % du PIB. Immédiatement après cette annonce, les agences de notation, chargées d'apprécier la solvabilité d'un Etat, attribuent des notes en baisse à Athènes. Jugeant que la probabilité de voir la Grèce dans l'incapacité de rembourser ses emprunts est élevée, l'agence Fitch Ratings abaisse la note dupays, qui passe de A- à BBB. Les agences de notation Standard & Poor's et Moody's mettent elles aussi la Grèce sous surveillance négative. La dette publique s'élève fin 2009 à 300 milliards d'euros, soit 113 % du PIB, alors que les règles de la zone euro fixent à 60 % les autorisations de dette publique. (Lire "La dégradation de la note de la dette publique grecque inquiète les marchés")VOIR ENBAS
L'opacité des comptes grecs
Au-delà de l'ampleur de la révision du déficit public grec, c'est l'opacité des comptes du pays qui inquiète les milieux financiers. La Grèce est sommée par ses partenaires européens de garantir la fiabilité de ses chiffres. Athènes s'engage alors à réformer l'Office national de la statistique, pour en assurer l'indépendance.
La Grèce, par le passé, a déjà trituréses comptes publics pour donner l'illusion qu'elle respectait les critères de Maastricht, notamment celui d'un déficit public contenu à 3 % du PIB. Le pays l'a publiquement reconnu en 2004. (Lire l'enquête "La Grèce au bal des hypocrites" VOIR EN BAS). Les nouveaux dirigeants grecs accusent cette fois leurs prédécesseurs d'avoir caché la dégradation des comptes. Pour les conservateurs, ce sont lessocialistes qui gonfleraient le déficit à des fins politiciennes. Bruxelles doit tenter de tirer l'affaire au clair, l'enjeu étant la crédibilité du pays et de la zone euro.
Un modèle économique fragile
La Grèce a connu son "miracle" économique au début de la décennie, matérialisé par l'introduction en 2001 de l'euro. Le pays a longtemps connu l'une des plus fortes croissances de la zone euro(4,2 % en moyenne par an de 2000 à 2007). Mais cette croissance, dopée par les investissements publics et la demande intérieure, reposait sur des bases fragiles : un très faible taux d'exportation (moins de 20 %) et un endettement individuel très élevé (l'arrivée de l'euro a fait chuter les taux d'intérêt et les banques se sont mises à prêter à tout-va). La Grèce a également pâti de la criseéconomique mondiale et dans ses deux secteurs-clés, tourisme et marine marchande, les revenus ont chuté de près de 15 % en 2009. (Lire l'éclairage "Du 'miracle économique' au 'maillon faible'"voir en bas)

La dégradation de la note de la dette publique grecque inquiète les marchés

La vague de défiance des marchés due à la grave détérioration des comptes publics grecs a suscité, mardi 8 décembre,une mise en garde de Joaquin Almunia, le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, au gouvernement d'Athènes.
.
La Grèce promet de faire "tout ce qu'il faudra"
Le gouvernement socialiste grec fera "tout ce qu'il faudra" pour recouvrer la crédibilité perdue du pays et retrouver la confiance des marchés, a affirmé son ministre des finances, Georges Papaconstantinou. "Il estclair que ces jours-ci, l'économie du pays passe des moments difficiles, il clair que les baisses que nous avons reçues des maisons de notation rendent difficile la politique du gouvernement", a en outre constaté le ministre. –(Avec AFP)
Sur le même sujet
Reconnaissant que les promesses d'assainissement budgétaire du nouveau gouvernement socialiste de Georges Papandréou représentaient "un pas...
tracking img