La crise economique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2730 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
QUESTIONS CONTEMPORAINES La crise économique actuelle : mécanismes, mise en perspective et enjeux
Depuis le 15 septembre 2008, nous serions entrés dans la crise économique « la plus grave depuis 1929 ». En effet, la mise en faillite de la banque Lehman Brothers marque l’entrée de l’ensemble du monde dans un cycle de récession, dont l’issue reste encore très incertaine. Comment l’éclatement d’une« bulle spéculative » concentrée dans un secteur – l’immobilier – et partant d’un pays – les Etats-Unis – at-elle pu provoquer les enchaînements que nous connaissons aujourd’hui dans l’ensemble du monde, en termes d’emplois en particulier ? Par de nombreux traits, la crise actuelle peut être rapprochée de la « Grande Dépression » des années 1930 : bulle (immobilière), krach boursier, mécanismesclassiques de diffusion à l’économie réelle … Mais pour de nombreux économistes, cette crise est particulière, un aboutissement qui doit être associé au (dys)fonctionnement actuel du capitalisme mondial. Spécifique fut aussi la réponse rapide et relativement coordonnée des différentes puissances et la réaffirmation de la nécessité d’une régulation internationale du monde de la finance. En quoicette crise, dont le déroulement se révèle assez classique, est-elle le fruit des déséquilibres nationaux et internationaux qui affectent le capitalisme depuis les années 80 ? L’enjeu de l’après-crise n’est-il pas de régler ces dysfonctionnements ? Nous tenterons d’apporter des éléments de réponse à ces deux questions.

1 La crise financière actuelle : une histoire qui se répète ?
La crise des «subprimes » Au premier abord, la crise financière peut être rapprochée, dans son déroulement, des nombreuses autres crises précédentes, en particulier celle de 1929 qui a marqué les esprits. Le parallèle est-il judicieux ? 1.1.1 Des crédits « subprime » à la bulle spéculative immobilière Le crédit « subprime » peut être défini comme un crédit de second choix accordé une clientèle peu fortunée deménages américains déjà endettés ou n’ayant pas un emploi stable. Cependant, cette formule de prêt, risquée pour les banques, s’accompagnait souvent de taux d’intérêt variables, donc supposait des remboursements beaucoup plus élevés dès lors que les autorités ont décidé un durcissement de la politique monétaire. Ce type de crédit s’est fortement développé à partir de 2004 jusqu’à représenter 40 % descrédits hypothécaires et a conduit à une hausse du prix de l’immobilier américain – il double entre 1995 et 2007 –
1.1

injustifiée car déconnectée de sa prise de valeur réelle, donnant naissance à une bulle spéculative. L’analyse des crises montre que, dans cette configuration, le krach n’est jamais loin. En effet, tant que le marché immobilier américain était orienté à la hausse, les banquespouvaient compenser les éventuelles défaillances des ménages par la saisie de la maison, revendue à un prix plus élevé. Mais la hausse des taux d’intérêt et le ralentissement du marché de l’immobilier dès 2006 multiplient les défaillances des emprunteurs et les banques, qui n’ont plus les mêmes perspectives de valorisation des biens immobiliers qu’elles ont en hypothèque, sont fragilisées. Lespremiers touchés sont les organismes de crédit spécialisés dans l’immobilier (faillite du New Century Financial en 2007) puis le krach immobilier se transmet en Europe (Royaume-Uni, Espagne). 1.1.2 La mécanique de la crise : quels parallèles avec la crise de 1929 ? Hantés par le spectre de la Grande Dépression, de nombreux commentateurs établissent une série de parallèles avec la situation de 2008.En premier lieu, la crise part du « pays-guide », l’économie dominante selon H.Guitton. Dans l’après 11-Septembre, l’Amérique connaît une forte croissance, appuyée sur des taux d’intérêt bas et des gains de productivité liés à la diffusion des NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication). On retrouve ces mêmes indicateurs macroéconomiques avant 1929 : la crise fait...
tracking img