La crise irlandaise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (847 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
contexte

Durant les 20 dernières années sa croissance était époustouflante, à l’image de celle des tigres asiatiques. D’où son surnom de Celtic Tiger. Une croissance qui était largement financéepar les exportations (91% du PIB en 2009) et par l’endettement. Elle était devenue pour les entreprises transnationales américaines ou britanniques une « plate forme » pour exporter partout dans lemonde. La faible imposition des entreprises – 12,5 % d’imposition – expliquait cette localisation. Une politique fiscale qui, comme partout, favorisant les riches, se traduisait par une baisse desrecettes et une montée du déficit.
Depuis plus de 2 ans l'Irlande est économiquement dans une situation économique difficile:
*Hausse du Chomage (11%)
*Le déficit public égal à 12% du PIB ,
*lesprix régressaient à un rythme annualisé de 6,6 %
*Le PIB devait reculer de 7 % en 2009, et de 2 % ou 3 % en 2010.
* Le marché immobilier était touché de plein fouet et les NTIC (téchnologie del'information et de la communication) étaient en train d'être délocalisé, ex: Dell ;
en 2009 le gouvernement irlandais avait mis en place un plan d'austérité, en diminuant de 10 à 15% les salaires desfonctionnaires et en coupant net dans les prestations sociales... les fonctionnaires et manifestérent leur mécontentement, et les ménages voyaient leur pouvoir d'achat diminuer de plus en plus...causes

aujourdhui , les ménages sont très endettés, plus encore que les britanniques, à hauteur de plus de 190%. Les achats de logements ont été financés à crédit, toutes les banques y ayantparticipé. Pour ces ménages surendettés, la faillite individuelle est une réalité concrète, alors que le gouvernement – comme partout – a décidé d’aider les banques pour leur éviter la faillite.
Il estallé jusqu’à nationaliser la « Anglo Irish Bank », principal financier du BTP, tout en injectant – et ce, avant la crise ouverte actuelle – 45,8 milliards d’euros dans le secteur bancaire.
Au niveau...
tracking img