La croissance et le chomage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3191 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
SES. Terminale

Méthodologie de la dissertation : Correction. Sujet : Le retour de la croissance économique permettrait-il de retrouver le plein emploi ?
I. De l’analyse du sujet à la problématique. A- L’analyse du sujet 1- Définition des mots clés : * croissance économique : accroissement durable de la production globale d’une économie. Elle se mesure avec le taux de variation du PIB réel. *plein-emploi : ce terme n’est pas directement au programme, en revanche on peut chercher à le définir comme traduisant non pas l’absence de chômage dans une économie (cas limite uniquement présent en situation théorique de CPP), mais où celui-ci se limite à un chômage frictionnel. 2- Etude des consignes : Le sujet se rattache à la catégorie des sujets de « débat » (faire précéder le sujet del’expression « dans quelle mesure… » ne change rien à son sens). Dès lors, le type de plan qui en découle est un plan semidialectique (I- Oui, … II- Mais….) 3- Délimitation du cadre spatio-temporel Celui-ci n’est pas clairement précisé. Cela ne tient pas spécifiquement au caractère très théorique du sujet (encore qu’il y a bien un débat en la matière, dans lequel vous devrez prendre position), mais aufait que l’actualité du sujet ne doit pas vous être étrangère. En effet, si le sujet parle de « retour de la croissance », c’est que la croissance du PIB en France (comme d’ailleurs dans la zone euro) demeure décevante (aux alentours de 1,8%) et que le chômage, malgré sa tendance à la baisse, y est toujours élevé. Le sujet est donc à la fois théorique et en plein dans l’actualité française (eteuropéenne, davantage qu’américaine caractérisée par la stagflation…) 4- Les enjeux du sujet : Le cours permet de rappeler que l’espoir dans le retour de la croissance est plutôt lié à une explication keynésienne du chômage (demande insuffisante dans l’économie), tandis que la suppression des « rigidités » s’inscrit dans une réflexion sur le marché du travail néoclassique. Sur ce point, il existe doncune controverse scientifique : -Pour atteindre le plein emploi, les keynésiens insistent sur le rôle de l’Etat qui doit stimuler la demande effective (anticipée par les entrepreneurs). -Pour atteindre le plein emploi, les néoclassiques insistent davantage sur le coût du travail excessif (notamment le coût du travail peu qualifié), le poids des « charges sociales », la protection excessive del’emploi par le droit du travail, l’assurance-chômage trop généreuse, les syndicats exigeant des hausses de salaires, l’insuffisante flexibilité du travail, etc. B- Problématisation 1- Chercher les questions et les variables cachées… Une fois le sujet analysé, il faut le problématiser : trouver un fil conducteur pour le sujet, une question centrale qui guide toute la réflexion et structure le plan. Pour yparvenir, il faut tenter de trouver des questions cachées contenues dans le sujet. Concernant ce sujet, on peut poser plusieurs questions : -Le retour de la croissance est-il une condition nécessaire et suffisante pour réduire le chômage de masse et atteindre le plein emploi ? -N’y a-t-il pas d’autres moyens que le retour de la croissance pour atteindre le plein emploi (analyse néoclassique etsuppression des « rigidités institutionnelles ») ?

-Le retour de la croissance permet-il de réduire toutes les formes de chômage existantes (chômage « keynésien » et « chômage classique », chômage technologique) ? Toutefois, le sujet contient implicitement l’idée que le lien de causalité « retour de la croissance  plein emploi » n’est pas si simple (des variables s’intercalent dans cetterelation). Une nouvelle fois, il faut faire appel au cours : il faut tenir compte bien sûr de l’évolution de la productivité (équation) et du fonctionnement du marché du travail. Le cours nous dit que pour un certain niveau de croissance du PIB, l’accélération de la productivité réduit l’emploi dans un premier temps (à court terme). Ainsi, il faut que la croissance du PIB soit nettement plus...
tracking img