La croissance verte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1910 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENT CONCILER
CROISSANCE ET ENVIRONNEMENT

Gaz à effet de serre, réchauffement climatique, épuisement des ressources naturelles, pollutions de l’air, des sols et de l'eau, disparité des richesses, malnutrition des hommes, appauvrissement de la biodiversité etc… La litanie des catastrophes est longue.
Cette crise environnementale se double actuellement d’une crise économique sévère.Combinés, les effets de ces bouleversements mettent à mal, et pour longtemps, les fondations sur lesquelles reposent notre économie, nos modes de productions et de consommation actuels.

Aujourd’hui une nouvelle idée est en train de prendre corps : notre salut viendrai de la révolution écologique.
Quels mécanismes peuvent alors lier croissance économique et protection de l’environnement, deuxnotions a priori incompatibles ?
La croissance verte peut-elle devenir une réalité économique et à quelles conditions ?

La croissance élevée qu’on a connue depuis la révolution industrielle a été rendue possible par l’exploitation intensive des ressources naturelles non renouvelables : d’abord de charbon puis le gaz et le pétrole.
Cette exploitation non régulée a aujourd’hui une conséquence : lararéfaction de ces énergies fossiles. On estime, par exemple que les gisements de pétrole seront totalement épuisés d’ici 40 ans (selon l’état actuel de connaissances des stocks connus et supposés).
Dans ces conditions la baisse progressive de la production de ces matières premières dans les années à venir, et donc l’augmentation des prix qui en résulte, va peser de façon significative sur lacroissance mondiale.
Ce principe est confirmé par la loi des rendements décroissants qui affirme que dès lors que l’on introduit une ressource épuisable comme facteur essentiel d'un système de production et en l’absence de progrès techniques, l’économie tendra à terme vers une croissance zéro.

En parallèle, l’activité économique produit des déchets et engendre des pollutions importantes etirréversibles. Une des caractéristiques de ces pollutions est qu’elles sont la plupart du temps cumulatives : accumulation de gaz a effet de serre dans l’atmosphère, accumulation de nitrate dans les sols, etc.
Le système environnemental ne peut plus, seul, assurer l’élimination naturelle de ces pollutions. Les experts estiment aujourd’hui que les émissions de CO2 augmenteront de 50% d’ici 2030entraînant un réchauffement climatique de 2 à 4 degrés à la fin du siècle.
Ce réchauffement climatique va à son tour générer une série de bouleversements que le système naturel est incapable d’absorber : augmentation du niveau de la mer, catastrophes naturelles.

L’économiste anglais Nicholas Stern a chiffré les risques du laisser-aller climatique au niveau mondial dans son rapport sur leréchauffement climatique (janvier 2006) : l’inaction coûterait entre 10 et 15 points de PIB et cela dès le milieu du siècle et serait à l’origine de migrations importantes de populations et de conflits graves.
En revanche, en investissant très rapidement chaque année 1% du PIB mondial, il serait possible de stabiliser les effets négatifs dus au réchauffement climatique.

Aujourd’hui le constat estunanimement partagé : le système environnemental ne peut plus pouvoir aux besoins nécessaires au maintien des systèmes économique et démographique à leurs niveaux actuels. Il est dans cette optique clairement établi que la croissance sera cassée si aucune action efficiente en matière de protection de la planète n’est entreprise dans les années à venir.
Le problème ainsi posé, quelles solutions mettrent enœuvre ?

Deux courants principaux s’opposent : la décroissance et la croissance verte.

La théorie de la décroissance est apparue dans les années 1970, après le premier choc pétrolier. Elle met en oeuvre deux concepts distincts mais complémentaires.

Au niveau économique, la théorie de la décroissance considère la croissance économique comme étant non durable du fait de la finitude des...
tracking img