La croissansse et le developpement

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1557 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
vertueux:
Cercle vertueux de l'interelation croissance/développement:
croissance-> hausse dé penses de santé -> hausse de l'IDH ->pop° meilleure santé-> + prodT ->croissance
et aussi:
la croissance est une condition necessaire au developpement car il y a une hausse du pib par habitant dc une hausse de l'IDH--> réduction de la pauvreté augmentation du pouvoir d'achat dc developpement si lesrichesses sont redistribuées
Tu peux parler de la suede qui a une forte politique de developpement social dc ils font beaucoup de dépenses publiques et leur niveau de vie est extraordianaire comme la Norvege qui se situe a la premiere place au rand IDH. Ou alors du venezuela, Hugo Chavez a nationalisé ses complexes pétroliers et redistribu a la population, tout comme Fidel Castro le fait a Cuba,malgrès la dictature, ils ont un exelant niveau de

I. La croissance économique est indispensable au développement
A. La croissance est source de progrès, tant au niveau individuel que collectif
B. Le développement, sans la croissance, reste limité
II. La croissance économique n'est cependant pas une condition suffisante au développement
. La croissance peut ne pas être synonyme dedéveloppement
A. Des conditions doivent être réunies pour que la croissance permette le progrès social

Intro - L’augmentation moyenne du PIB brésilien a atteint 7% par an entre 1960 et 1980, ce qui est très rapide par rapport au taux de croissance annuel moyen de la France depuis 1970, de l’ordre de 2% en moyenne. Pourtant 25 millions de brésiliens sont considérés comme mal nourris sur unepopulation totale de 170 millions, 20% d’entre eux sont analphabètes, et dans les zones urbaines un tiers des habitants s’entassent dans des bidonvilles. Dans ces conditions, est-il possible d’affirmer, de manière générale, que le développement découle de la croissance ? Le développement d’un pays peut en effet se définir comme l’amélioration de son aptitude à satisfaire les besoins fondamentaux de sapopulation, grâce à des transformations économiques et sociales qui rendent possible, et accompagnent, la croissance économique sur une longue période. Le cas du Brésil incite clairement à s’interroger sur l’idée que le développement serait une conséquence de la croissance.

I. – Bien qu’elle n’ait pas que des effets positifs, la croissance est une condition nécessaire au développement

A)Certaines conséquences de la croissance économique peuvent nuire à un développement durable

1. L’augmentation de la production peut conduire à un usage excessif des ressources naturelles. Si pour favoriser la croissance les gouvernements hésitent à freiner suffisamment le rejet de gaz polluants dans l’atmosphère, ou si l’humanité épuise les énergies non renouvelables, comme le pétrole, sans sedonner les moyens de trouver des solutions de remplacement, le développement constaté aujourd’hui n’est sans doute pas un développement durable. Les besoins de la population actuelle sont peut-être satisfaits, mais d’une manière qui compromet la capacité des générations futures à satisfaire les leurs. Le concept de « développement durable » a été inventé par la commission « environnement etdéveloppement » de l’Organisation des Nations Unies en 1987, et il a depuis inspiré les travaux des chefs d’Etat réunis lors de la « conférence de Rio » en 1992, ainsi que ceux de la « conférence de Johannesburg » en 2002. Mais dès 1972 un ouvrage consacré à ce sujet, intitulé « Halte à la croissance », avait fait beaucoup parler de lui.

2. Un autre effet négatif possible de la croissance économique vientde ce qu’elle est alimentée notamment par des changements dans l’organisation de la production. Si ces évolutions sont trop rapides, elles risquent de marginaliser les individus qui ne sont pas capables de s’y adapter, à cause d’un manque de qualification par exemple. Selon ce point de vue, la croissance peut parfois être accusée de multiplier le nombre de pauvres ou d’exclus. Les besoins...
tracking img