La décolonisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4237 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La décolonisation de 1945 à nos jours
Introduction :
Depuis la fin du XVIIIème siècle, les européens, qui dominaient le monde, se partageaient des territoires immenses (l'Afrique par exemple). Cependant, au XXème siècle, cette domination devient de plus en plus difficile à maintenir. La guerre de 1914-1918 est à l’origine du premier ébranlement des empires coloniaux, mais après 1918, lespuissances coloniales ont éludé la question et répondu aux aspirations nationales par une répression accrue. La deuxième Guerre Mondiale va précipiter l'éclatement des territoires conquis.
Quelles furent les causes et les circonstances de l'effondrement des empires coloniaux ? L'indépendance inéluctable de ces territoires s'est-elle traduite par une réelle autonomie économique et idéologique ?I/ Les origines de la décolonisation
A. L’affaiblissement des métropoles
1) Le choc des deux guerres mondiales sur les puissances coloniales
La 2nde Guerre Mondiale a élargi les fissures dans les colonies. En Asie, le Japon a présenté son occupation comme une revanche des peuples de couleurs sur les Blancs. Les grandes puissances coloniales européennes (France, Royaume-Uni, Pays-Bas,Belgique) ne sont sorties de la guerre du côté des vainqueurs que grâce aux Etats-Unis ou l’URSS. Et pendant la guerre, le Royaume-Uni et la France ont multiplié les promesses d’émancipation pour gagner l’appui nécessaire des colonies. Pour rallier l’Afrique Noire toute entière à la France Libre, De Gaulle, dans son discours de Brazzaville, en 1944, sans aller jusqu’à promettre l’indépendance, annonceune participation des colonies à la marche des affaires. A partir de 1945, les colonies réclament donc cette émancipation qu’on leur a laissé entrevoir.
2) Les métropoles n’ont plus les moyens d’entretenir un empire colonial
L’Europe sort ruinée de la Guerre. Les métropoles ne maintiennent que difficilement l’emprise sur leurs colonies. La domination par la force devient aussi un problème dansle sens où les métropoles n’ont plus les moyens d’entretenir des corps expéditionnaires partout : ils ne peuvent donc plus tenir la totalité des pays. Or ces expéditions lointaines coûtent cher et freinent la reconstruction économique des métropoles au lendemain de la guerre. Il est à noter que les pays qui ont connu la plus forte croissance économique après la guerre sont l’Allemagne, l’Italie etle Japon qui justement n’ont pas d’empires coloniaux.
L’opinion publique des métropoles elles-mêmes évolue très rapidement en faveur de la décolonisation. Si ce n’est un soutien à l’évolution des colonies vers l’indépendance, c’est au moins le désir de voir se terminer certaines guerres comme celles d’Indochine ou d’Algérie où beaucoup de familles risquent de voir leurs enfants tués auxcombats.
Le Royaume-Uni accepte plus facilement la transformation de certaines colonies en dominions dans le cadre du Commonwealth déjà créé. La France, avec sa vieille tradition centralisatrice, est très attachée à l’idée de la République indivisible. L’évolution vers l’émancipation des colonies est donc beaucoup plus difficile.
B. La lutte des colonies pour l’indépendance
1) L’exploitationcoloniale est importante pour les métropoles
La colonisation, sous prétexte d’apporter la civilisation et le progrès, a d’abord été une vaste entreprise d’exploitation économique au profit des métropoles. Elle a détruit le système traditionnel de l’économie de subsistance en remplaçant la plupart des cultures vivrières par des plantations de cultures destinées à l’exportation. Elle a suscitél’explosion démographique par la mise en œuvre de politiques sanitaires et médicales sans qu’il y ait en même temps politique de développement économique global du pays.
Les autochtones se sont très vite sentis exploités, servant à enrichir les métropoles quand eux-mêmes s’appauvrissaient. Ce sentiment suscite donc une hostilité de plus en plus grande, poussant ces populations à la résistance. Les...