La danse du soleil

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2750 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La danse du Soleil était la cérémonie religieuse la plus spectaculaire chez les indiens des plaines. Elle avait lieu une fois par an pendant le solstice d'été. La célébration pouvait durer quatre à huit jours. Elle voulait démontrer qu'il existait une continuité entre la vie et la mort, que la mort n' était pas une fin en soi mais faisait partie d'un nouveau cycle. Elle visait également à essayerde comprendre les mystères et les pouvoirs de la nature. Les Arapaho, Arikara, Assiniboine, Cheyenne, Crow, Gros Ventre, Hidatsa, Sioux, Cree, Ojibway, Sarasi, Omaha, Ponca, Ute, Shoshone, Kiowa et Blackfoot pratiquaient cette danse.
Le rituel pouvait varier d'une tribu à l'autre. Chaque tribu pratiquait ses propres rites et ses propres danses, mais ces cérémonies possédaient de nombreux traitscommuns, comme la danse, les chants, les prières, le tambours, les visions, le jeûne, et dans certains cas, l'auto-mutilation de la poitrine ou du dos. Pour celles qui subsistaient par la chasse au bison, c'était la cérémonie religieuse la plus importante. Ce rite célébrait la renaissance des participants et de leurs familles ainsi que le renouveau du monde terrestre. Le rituel comprenaitsacrifices et souffrances afin de garantir l'harmonie entre les êtres vivants. La préparation de la cérémonie durait quatre jours, tout comme la danse elle-même. Huit jours étaient donc consacrés à cette prière.
Nous observerons plus en détail la danse du Soleil chez les indiens Sioux, en essayant de comprendre les significations liées aux rites multiples, aux objets utilisés, et aux paroles chantées.1) Préparation de la danse du soleil
Tout d'abord, nous allons étudier la préparation de la danse. Comme expliqué précédemment, cette préparation durait quatre jours. Un chaman était chargé de la cérémonie. Il donnait ses instructions pour la construction de la loge de la danse. Les hommes les plus importants de la tribu devaient se mettre en quête d'un arbre dont la cime se terminait en formede fourche. L'arbre était un cotonnier. Il convient de souligner le fait que le cotonnier était un arbre dont la place était centrale dans la vie des Sioux. Il est considéré comme sacré, pour plusieurs raisons : tout d'abord, la forme de sa feuille est la réplique exacte du tipi. Lorsque qu'on coupe une branche supérieure de cet arbre, on peut voir dans la fibre une parfaite étoile à cinq branche,signe de la présence du « Grand Esprit ». Enfin, même lorsque le vent est à son minimum, on peut toujours entendre les feuilles du cotonnier remuer. Les Sioux pensaient que chaque chose priait de manière continue, et ce bruit était considéré comme la prière du cotonnier. Une fois trouvé, cet arbre était considéré comme un ennemi, c'est-à-dire que des éclaireurs devaient aller à sa recherche, etdes guerriers devaient ensuite l'attaquer avec leur fusil et leur arc. Les hommes s'habillaient comme s'ils partaient à la guerre, et quittaient le village comme s'ils s'en allaient combattre. La coupe de l'arbre elle-même était sujette à plusieurs rituels. Avant de choisir le guerrier qui va commencer à « attaquer » l'arbre, les chefs exécutaient une courte danse autour de l'arbre, entonnant leurschants de chefs et de victoire, durant laquelle ils choisissaient l'homme qui aurait l'honneur de toucher l'arbre avec la lance -la lance a vocation de toucher l'ennemi, pas de le tuer, ce qui donne une caractère très brave à cette action. Les qualités requises sont un bon caractère et une grande bravoure allant jusqu'au sacrifice de soi-même. Ce guerrier racontait ses exploits guerriers, afin demontrer qu'il était brave qu'il méritait d'avoir été choisi, avant de menacer puis toucher l'arbre avec la lance. Ensuite, trois autres guerriers, choisis également, procédaient de même. Une fois que l'arbre était "mort", il était coupé. Les autres membres de la tribu, présents -y compris les femmes- acclamaient alors la victoire des guerriers. Cette étape effectuée dans la douleur -certes, d'un...
tracking img