La description

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 27 (6693 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
In : Yves REUTER (éd.) La description. Théories, recherches, formation, enseignement. Villeneuve-d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 1998, pp. 15-31.

Eléments pour une logique de la description et du raisonnement spatiali Denis Apothéloz Université de Fribourg (Suisse) Séminaire de linguistique française

Introduction Le propos de cet article est de présenter quelques notions quidevraient servir de base pour l’analyse du discours descriptif et, plus généralement, pour une théorie de la description et des rapports entre espace et discours. Il est frappant de constater que la plupart des études consacrées à la description sont fortement imprégnées du statut même de leur objet, à savoir, presque toujours, un statut essentiellement littéraire. Il n’est dès lors guèresurprenant que ces travaux accordent souvent un rôle central à la dimension esthétique du discours descriptif, et cela d’une manière qui n’est ni toujours avouée, ni probablement toujours consciente. Les publications les plus récentes n’échappent pas semble-t-il à ce constat. Or l’activité descriptive n’est pas, de toute évidence, l’apanage exclusif de l’œuvre littéraire. Elle constitue bien au contraireune part importante de nos actes de communication. Il ne sera donc pas question ici de sémiotique littéraire (le but n’étant pas de voir comment une description en vient a produire du sens), non plus que de sémiotique de l’espace (le but n’étant pas d’analyser pourquoi et comment telle configuration spatiale se voit attribuer telle interprétation). Mon projet est plutôt d’examiner, dans uneoptique qui se veut à la fois cognitive et discursive, comment on analyse un espace quand on se propose d’en entreprendre la description en langue naturelle et, accessoirement, comment on utilise la langue naturelle pour engendrer des représentations spatiales chez un auditeur ou un lecteur. Je m’attacherai en particulier, à travers la notion de parcours, à mettre en évidence ce qui peut fonder lalogique interne d’une procédure descriptive
i

Cet article est paru dans la revue Degrés, n° 35-36, 1983, b1-b19, dans une livraison intitulée “Approches de l’espace”. Il est repris ici avec quelques modifications mineures, touchant en particulier aux notations symboliques. Je remercie André Helbo, directeur de Degrés, d’avoir autorisé sa réédition, et Yves Reuter de m’avoir proposé de le reprendredans le présent ouvrage.

et, partant, sa cohérence. A ce titre le présent article peut également être lu comme une contribution à l’étude de la pensée discursive. Image et discours Aborder le problème de la description, c’est à coup sûr se trouver confronté, à un moment ou à un autre, à la question des rapports entre images et discours. J’admettrai ici avec Rio (1978) que ces rapports peuventêtre de quatre types. Images et discours peuvent ou non être issus d’un même ensemble de productions. Si c’est le cas, il convient de distinguer si on se trouve en présence de: (i) deux produits différents et autonomes (deux sémiotiques), ou (ii) un seul et même produit complexe (une seule sémiotique). Si ce n’est pas le cas, deux situations peuvent se présenter, soit que (iii) l’image estpostérieure au discours et en constitue alors une sorte d’illustration, soit que (iv) le discours est postérieur à l’image. Les possibilités sont donc les suivantes: (i) Image et discours sont deux produits distincts, co-issus d’une même culture à un moment donné de son histoire (par exemple deux manifestations, l’une iconique l’autre discursive, d’un même mythe). (ii) Image et discours coexistent dansun même produit, et en sont des parties constitutives (par exemple, la bande dessinée). (iii) L’image sert à visualiser, illustrer, représenter un discours. (iv) Le discours prend en charge l’image et se construit à partir d’elle (par exemple, la description). Sans doute la description n’est qu’une façon parmi d’autres de prendre en charge une image. L’historien d’art qui analyse et interprète...
tracking img