La dispute (marivaux)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1673 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lisez l'appel personnel
de Jimmy Wales,
fondateur de Wikipédia

La Dispute (Marivaux)
Aller à : Navigation, rechercher
La Dispute

Auteur Marivaux
Genre Comédie
Pays d'origine France
Lieu de parution Paris
Éditeur Jacques Clousier
Date de parution 1747
Date de la 1re représentation 19 octobre 1744
Metteur en scène Comédiens italiens
Lieu de la 1re représentation Hôtel deBourgogne
La Dispute est une comédie en un acte et en prose de Marivaux représentée pour la première fois le 19 octobre 1744 par les Comédiens italiens au théâtre de l’Hôtel de Bourgogne.
L’une des dernières pièces de Marivaux, la Dispute vient après les grands succès. Il donna sa Dispute, pleine de mots charmants, dont le sujet est, pour le fond, le même que la Double Inconstance mais transporté dansl’abstrait, au Théâtre-Français, une scène où il avait été rarement heureux, et il n’eut pas lieu de s’en féliciter.
Dans cette pièce, il s’agit de décider lequel des deux sexes a donné le premier l’exemple de l’inconstance en amour. Les documents manquant, on a eu l’idée de recourir à l’expérience : quatre enfants, deux du sexe féminin et deux du sexe masculin, ont été isolés dans une forêt dèsle berceau. Cette expérience a duré de longues années. Chacun d’eux a grandi isolé du monde et ne connait encore que Mesrou et sa sœur Carise qui les ont élevés. On va alors leur laisser la liberté de sortir de leur enceinte et de connaître le monde. Au lever du rideau, l’expérience touche à son terme et le spectateur va constater les résultats avec les premières amours qui vont apparaître. Enfait, cette pièce relève d’une dispute savante sur une question de psychologie expérimentale : l’inconstance vient-elle de l’homme ou de la femme ?
Sommaire [masquer]
1 Personnages
2 Typologie
3 L’histoire
4 Quelques mises en scène
5 Bibliographie
6 Source
7 Liens externes
Personnages [modifier]

Hermianne
Le Prince
Mesrou
Carise
Églé
Azor
Adine
Mesrin
Meslis
Dina
La suite duPrince
Gleren
Typologie [modifier]

Églé est une jeune héroïne indépendante, romantique et séductrice. Elle a du « cran » et suit les mouvements de son cœur. Carise est une nourrice excentrique et moqueuse, qui ne veut en réalité que le bonheur de la nouvelle génération. Azor, malgré sa jeunesse et son innocence du sexe opposé, est un élégant gentleman qui fait la cour pour obtenir les faveurs detoutes les belles. Mesrou le tuteur, qui aime les grands éclats de rire, ajoute une touche de gaieté et de dynamisme à l’ensemble de la pièce. Adine, une héroïne piquante au caractère bien trempé, n’a pas peur d’exciter ou de séduire. On peut dire qu’elle « n’a pas froid aux yeux ». Mesrin est comparable à un jeune « chien fou » qui découvre tout d’un coup le monde extérieur. Pour lui, lessituations amoureuses sont autant de défis à relever.
L’histoire [modifier]

Des parieurs ont fait élever dans une sorte de château au fond d’une forêt trois couples d’enfants, sans aucune communication entre eux. Au lever du rideau, on va mettre en présence les trois jeunes garçons et les trois jeunes filles. Églé paraît d’abord ; elle aperçoit un ruisseau qui réfléchit son image ; elle s’admire etpasserait volontiers sa vie à se contempler. Azor entre à son tour : il est surpris en la voyant, puis charmé ; il se rapproche d’elle, et tous deux s’admirent réciproquement, se touchent, se louent sur leur beauté. Azor baise la main d’Églé, et elle s’en trouve heureuse. On leur dit qu’ils sont faits l’un pour l’autre et destinés à vivre ensemble : ils sont au comble de la joie. Seulement, ilsdoivent se quitter quelquefois pour avoir plus de plaisir à se revoir. Ils protestent contre cette séparation. Pour la rendre plus supportable, on donnera à chacun un portrait, mais un seul, au choix. Azor prend celui d’Églé, mais c’est son propre portrait qu’Églé réclame aussi. Puisqu’elle ne peut en avoir deux, on lui donne un miroir. Azor s’en va. Une seconde jeune fille entre, c’est Adine....
tracking img