La dissonance cognitive

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1604 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA DISSONANCE COGNITIVE

Les cognitions regroupent tous les éléments cognitifs : les perceptions, les attitudes propositionnelles (composante cognitive), les émotions (composante affective), les comportements (internalisation des actions). De l'ensemble des cognitions résultent les attitudes qui sont des dispositions psychologiques positives ou négatives en rapport à un objet concret, abstraitou à un comportement.
Toutes les théories des attitudes, également appelées théories de la cohérence cognitive, font appel au concept d'homéostasie, c'est-à-dire à la faculté qu'ont les êtres vivants de maintenir ou de rétablir certaines constances psychologiques ou physiologiques qu'elles que soient les variations du milieu extérieur. Ces théories partagent en prémisse le principe de cohérencequi pose la cohérence comme mécanisme organisateur premier :
L'individu est plus satisfait avec la cohérence qu'avec l'incohérence.
L'individu forme un système ouvert dont le but est de maintenir la cohérence autant que possible (on parle aussi de balance ou d'équilibre). Les changements d'attitude résultent de ce principe dans les cas d'incohérence.
I. La théorie de la dissonance cognitive1. Définition
On doit cette théorie à un chercheur américain, Leon Festinger[pic] (1957). Il définit la dissonance cognitive comme 'un état de tension désagréable dû à la présence simultanée de deux cognitions (idées, opinions, comportement) psychologiquement inconsistantes.'
Le postulat de base est que les individus aspirent à éliminer les faits de pensée ou les faits comportementaux présents eneux et qui sont contradictoires. En s'appuyant sur la théorie de la consistance et sur la théorie de la rationalisation des conduites, il s'agit d'étudier comment les sujets tentent de réduire cette dissonance en changeant d'opinion par exemple.
2. Le phénomène de changement d'attitude suite à l'adoption d'un comportement

Brehm et Cohen[pic] (1962) ont étudié le rôle de la rémunération dansle changement d'attitude.
A la suite d'une intervention policière brutale sur un campus américain, il y a une condamnation générale des étudiants à l'égard de cette intervention. Cohen explique à certains étudiants que, dans le cadre d'une étude sur cette intervention, il a besoin de recueillir des arguments favorables à l'intervention car il en a déjà suffisamment contre. Les sujets quis'engagent à participer apprennent qu'ils recevront en échange une rémunération. Mais celle-ci n'est pas la même pour tous. Il y a 4 conditions : 0,5$, 1$, 5$ et 10$.
Cohen fait l'hypothèse suivante : les individus ayant reçu une forte rémunération ne sont pas vraiment en situation de dissonance car ils auront l'impression de faire ce travail pour de l'argent. Par conséquent, ils ne changeront pas d'avisquant à l'intervention policière à la suite de l'expérience. En revanche, les sujets qui ont reçu une faible somme d'argent ne sont pas motivés par la rémunération. Mais par leur engagement contracté avec l'expérimentateur, ils sont en dissonance. Le seul moyen pour eux de la réduire est de croire davantage à l'intérêt de la tâche, à s'investir davantage dans le rôle demandé. Cette réduction dedissonance amène les sujets à changer d'opinions quant à l'intervention.
Cohen vérifie cette hypothèse grâce à un questionnaire administré après le travail d'argumentation réalisé par les étudiants. Ainsi, pour changer l'attitude des individus, nul besoin de fortes rémunérations. Par contre, il est fondamental que les sujets s'engagent de leur propre gré à participer à l'expérience.
II. Lathéorisation proposée par Festinger (1957)
partie inspirée de la proposition de thèse de P. Pasquier 'La cohérence cognitive comme fondement pour la pragmatique des communications entre agents', 2002, Université Laval, Canada.

La théorie de la dissonance cognitive, initialement présentée en 1957 par Festinger est l'une des plus importantes théories de psychologie sociale. Elle a généré des...
tracking img