La double inconstance scene 8 acte 1

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1402 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La double inconstance de Marivaux
Acte I, scène 8
Il s’agit d’une grande séquence théâtrale. Cette scène clôture l’Acte I, elle est symétrique de la dernière scène de l’Acte III. Cette scène parle d’un bonheur retrouvé entre les deux amants avec une promesse d’un bonheur des retrouvailles et un amour éternel à travers l’hyperbole (« dans cent ans d’ici nous serons de même»).
Il y a uneconstruction complexe (4 personnages)
- Un trio: Flaminia ; Silvia ; Arlequin -> un amour menacé
- Un duo: Arlequin ; Silvia -> le bonheur
- Un quattuor: Flaminia ; Arlequin ; Silvia ; Trivelin -> la fin annoncée
- Un trio: Flaminia; Arlequin; Silvia

• Première partie: de « Ah le voici » (l.1) jusqu'à la sortie de Flaminia
La didascalie « d’un air naturel » est capitale car elle montre queFlaminia joue, elle est pleine de mensonge (on est dans l’impureté). Elle joue la confidente, la complice (≠ de destructrice). Le dialogue amoureux entre Silvia et Arlequin est insignifiant, fade, banal. C’est Flaminia qui mène cette partie en jouant la complicité et la douleur (en disant qu’Arlequin lui rappelle un ancien amant). Flaminia s’adresse plus à Arlequin qu’à Silvia : longue tiradecapitale car elle cherche à séduire Arlequin en lui provoquant la pitié et en le flattant (allitération en « m » : amant ; aimer ; mort qui évoque l’intimité, la douceur, c’est très musical). Flaminia s’adresse au cœur d’Arlequin et le séduit indirectement.
- Arlequin : « ami, moi, dommage, amant » Il a entendu le message de Flaminia sans le savoir, il est dans la tendresse sans s’en rendre compte.
-Le dialogue entre le deux amant est un peu comique, ils s’échangent des platitudes, des hyperboles un peu ridicules -> les deux amoureux n’ont pas grand-chose à se dire.

• Deuxième partie : le duo central
Une fausseté s’introduit entre Silvia et Arlequin : champ lexical de l’amour mais fade. Ils s’expriment de manière triste, naïve, fausse
- didascalies révélatrices « air plaintif », « airinquiet », « tristement » -> l’image de la tristesse est plus présent que celui du bonheur
- promesses impossibles « si je suis votre amant »
- promesse sur l’avenir alors que leur amour est condamné -> ils ne s’en rendent pas compte, ils sont moins heureux qu’ils ne devraient l’être mais ne savent pas pourquoi. Silvia n’arrive pas à s’exprimer : amour plus malheureux qu’heureux.
- « voilàqui va bien » : ironie car tout commence à aller mal
- « vous êtes un garçon d’honneur et j’ai votre amitié (…) à qui je la porterai ? »: elle cherche quelqu'un d’autres, elle se pose déjà la question.
- « le plus joli garçon » : hyperbole car Arlequin n’est pas le plus joli garçon, il y a le Prince.
- « y-a-t-il quelques filles qui puissent vous aimer » : question rhétorique car Flaminia peutaimer Arlequin.
Toutes les paroles d’Arlequin et de Silvia sont minées par une intrigue. Ils se parlent pour ne plus rien avoir à se dire. Ils se quittent par des embrassades tendres à la limite du ridicule, à ce moment-là arrive Flaminia et Trivelin afin d’empêcher les amants de partir, ils sont en prison. Arlequin et Silvia n’ont pas décidé de s’enfuir.

• Troisième partie : quatuor + trioTrivelin et Flaminia sont complices et comploteurs. Flaminia les sépare en disant qu’il serait plus correct que Silvia soit seule avec sa mère. Flaminia fait semblant de partir pour qu’Arlequin la retienne (l’une part, l’autre doit rester). Flaminia « l’amitié que j’ai pour vous » -> l’amitié veut dire amour et plaisir qui signifie « on est bien tous les deux ». Arlequin dit qu’il n’a pas faim etveut rester avec Flaminia, il a presque oublié Silvia. Trivelin arrive et manipule Arlequin, son arrivée signifie l’empêchement ou le semblant d’empêcher Flaminia et Arlequin d’être ensemble. Flaminia pousse Arlequin à manger, il se sent obliger d’accepter, on est loin des déclarations d’amour, celle-ci est plus terre-à-terre, Flaminia dit qu’on peut manger et aimer. Quand Arlequin dit « je suis...
tracking img