La dynamique de la stratification sociale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1978 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Réponses aux questions du travail préparatoire
m Question 1
La moyennisation de la société recouvre de multiples dimensions économiques et sociales étroitement liées. La réduction des inégalités de revenus, surtout constatée lors des Trente Glorieuses, traduit une homogénéisation de la consommation des ménages tant au niveau structurel (rapprochement entre catégories sociales de la part desdifférents postes budgétaires – alimentation, logement, loisirs – dans la consommation totale) qu’au niveau de l’équipement des ménages (généralisation de l’accès à des biens durables comme l’automobile). De même, la scolarisation massive, une mobilité sociale plus forte, contribuent à l’effacement de certaines spécificités socioculturelles et à la diffusion de normes, de valeurs et de modèles decomportements communs au niveau familial (nucléarisation du groupe familial, rapprochement des modèles éducatifs). Les pratiques sociales ont donc tendance à s’uniformiser. Cause et conséquence de ces évolutions, la structure sociale se modifie : déclin des catégories populaires et hausse des cadres et des professions intermédiaires, ce qui concourt au développement des catégories dites « moyennes ».C’est l’ensemble de ces évolutions qui caractérise le processus de moyennisation de la société française.

m Question 2
En passant de 21 % à 42 %, le pourcentage des personnes interrogées disant appartenir à la classe moyenne a doublé de 1966 à 2002.

m Question 3
L’expression subjective du sentiment d’appartenance à une classe sociale a fortement évolué. D’une part, on observe depuis 1982une baisse du sentiment d’appartenance à une classe sociale : en 1982, 63 % des personnes interrogées déclarent avoir le sentiment d’appartenir à une classe, contre seulement 55 % en 2002. D’autre part, parmi les personnes déclarant avoir le sentiment d’appartenir une classe, 42 % disent appartenir à la classe moyenne en 2002, contre seulement 31 % d’entre elles en 1966. Dans le même temps, lapart des personnes ayant le sentiment d’appartenir à la classe ouvrière baisse de 13 points (39 % en 1966 et 24 % en 2002).

m Question 4
Pour les générations nées après 1950, le ralentissement de la croissance économique à partir de la seconde moitié des années 1970 a rendu le marché du travail de plus en plus sélectif, se soldant par un retour des inégalités (revenu, emploi). Ainsi, les écartsentre les catégories sociales les plus favorisées et les catégories populaires se sont à nouveau accentués. Dès lors, le mouvement de moyennisation observé pour les générations nées entre 1925 et 1950 est remis en cause pour les générations nées après 1950.

m Question 5
Depuis les années 1980, on observe une hétérogénéité croissante des situations au sein des jeunes générations. Dans uncontexte de chômage, les inégalités entre catégories sociales se creusent. Les catégories les plus favorisées en termes de formation rencontrent moins de difficultés face à l’emploi et parviennent à maintenir leur situation économique, tandis que les catégories moins dotées scolairement accèdent plus difficilement à l’emploi et subissent une dégradation de leurs conditions d’existence. Les inégalitésface à l’emploi induisent des inégalités de revenu, qui engendrent à leur tour de nouvelles inégalités de consommation.

m Question 6
L’évolution des taux d’équipement des ménages et des pratiques culturelles selon les PCS est contrastée. La part des ménages équipés d’au moins deux voitures a augmenté de 7 points de 1996 à 2004, passant de 28 % à 35 %. Cette augmentation touche particulièrementles ménages les moins équipés (plus 9 points pour les ouvriers). Mais les inégalités entre PCS demeurent significatives : 46 % des ménages dont la personne de référence est CPIS possèdent plusieurs voitures, alors qu’ils ne sont que 33 % chez les ouvriers et 22 % chez les employés. Les inégalités selon les PCS dans l’équipement en téléphone portable se réduisent : le taux d’équipement des CPIS,...
tracking img