La dynamique de la stratification sociale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1883 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I-Travail préparatoire

1/ La structure budgétaire des différentes PCS reflète les inégalités économiques au sein d’une société, la catégorie des cadres dépense 3 % de moins de son budget dans l’alimentation que l’ensemble de la population française, le poids de l’alimentation dans le budget reflète dans une certaine mesure le niveau de vie d’un ménage, en effet plus celui-ci consacre une partimportante de ses revenus à l’alimentation, plus celui-ci a un niveau de vie faible d’où la distinction des cadres en matière de dépense pour les produits alimentaires et les boissons non alcoolisées, qui justifient ainsi leur meilleur niveau de vie.
2/Dans la ligne Article d’habillement et chaussant, les chiffres sont concentrés entre 7,3 et 8,4 ce qui traduit une forte homogénéité dansl’habillement des PCS, en effet ces dernières vont tenter d’imiter les codes vestimentaires du groupe dominant et ne rechignent pas aux dépenses dans ce domaine, (l’habillement reflète le statut sociale de l’individu et est donc recherché par ces derniers). Le logement quant à lui est un très bon indicateur des inégalités économiques entre les différentes catégories, la différence entre ouvrier et cadreapparait clairement (7points) et affirme les inégalités de revenus entre ces deux groupes. Le logement ampute clairement le budget des catégories les plus pauvres.
3/ Dans un sens les travailleurs non qualifiés pourraient constituer une classe sociale étant donné qu’ils présentent une égalité des conditions d’emploi et de travail, et qu’ils ont les mêmes inégalités face au revenu (Smicard) et àl’emploi (ils sont tout en bas de l’échelle là où la précarité est présente). Néanmoins les emplois non qualifiés se caractérisent souvent par des intérims ou des CDD, ce qui ne permet pas une relation durable entre individus, et la création de lien sociale, or selon Marx les prolétaires doivent entretenir une relation continue entre eux. Ces emplois atypiques de courte durée sont également facteursd’une mauvaise intégration professionnelle et renforcent le manque de perspectives d’avenir chez les non-qualifiés, qui n’ont pas l’impression de pouvoir progresser professionnellement car ils changent sans cesse d’entreprises. Par conséquent le sentiment d’appartenance sociale n’existe pas chez les travailleurs non qualifiés, ce qui exclut toute idée de classe sociale.
4/Par le passé,l’identité de classe était rendue possible par l’idée chez le travailleur, d’une mobilité sociale ascendante au sein de l’entreprise. La perspective de grimper les échelons garantissait le sentiment d’appartenance mais avec la déréglementation qu’a connu l’emploi à partir des années 80, le parcours de ces travailleurs n’est plus tracé et donc moins visible à l’œil nu. Par conséquent les travailleurs nonqualifiés se démobilisent et tendent à refuser leur identité sociale. De plus les travailleurs non qualifiés ne forment pas un groupe distinct, les membres de cette catégorie n’ont pas un contact sociale permanent qui permet la prise de conscience et l’union de cette  « classe ».
5/ On retrouve toujours les même catégories en haut de la hiérarchie et les mêmes en bas. Par exemple en moyenne, 83 % descadres ont lu au moins un livre au cours des 12 derniers mois contre 32 % pour les ouvriers. C’est le même bilan pour le musée, les concerts ou le théâtre où les cadres ont le taux de pratique le plus important et les ouvriers le plus faible. Seulement 6% des ouvriers ont été au théâtre tandis que 36 % y ont été chez les cadres.
6/Le texte fait d’abord référence à la démocratisation du systèmescolaire comme facteur de la moyennisation, en effet l’accès aux études a été source de croissance pour la France. La croissance a alors engendré une réduction des inégalités économiques, cette réduction des écarts a entrainé la création d’une vaste classe moyenne au comportement homogène. Durant cette période la mobilité sociale s’est vérifiée même si elle était plus structurelle que due...
tracking img