. « La dynamique de la structure sociale »

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1418 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
TES3. DS n°6. « La dynamique de la structure sociale ». Sujet n°2 : Question de synthèse. Corrigé
I. Travail préparatoire (10 points) : 1. Comment peut-on caractériser le processus de moyennisation de la société française ? (document 1) (2 points) La moyennisation est le fait que la classe moyenne rassemble une part de plus en plus importante de la population. Ce processus a plusieurs causes.Premièrement, on observe objectivement une augmentation de la part des catégories socioprofessionnelles qui sont considérées comme appartenant aux classes moyennes (« montée irrésistible des groupes cadres et professions intermédiaires »). Deuxièmement, on a observé à partir des années 1950 une réduction des inégalités économiques et sociales entre les groupes sociaux : rapprochement des niveaux devie (« réduction de l’éventail des revenus ») et des façons de vivre et de consommer (rapprochement des taux d’équipements en électroménager, voiture, … : « rapprochement des structures de consommation des ménages, la diffusion rapide des nouveaux biens et services dans la population »), généralisation à tous les groupes sociaux de la scolarité jusqu’au lycée (« scolarisation de masse »).Troisièmement, la moyennisation s’explique aussi par le rapprochement des mœurs et des comportements dans la vie privée : formes et tailles des familles, taux de divorces, … (« conjugalité, modèles familiaux »), Quatrièmement, on observe un développement du sentiment d’appartenance à la classe moyenne.

2. Mesurez par un calcul simple l'évolution entre 1966 et 2002 du sentiment d’appartenance à la classemoyenne. (document 2) (1 point) Détail du calcul : % d’arrivée - % de départ = 42 – 21 = + 21. Selon l’enquête de la SOFRES « L’Etat de l’opinion » et l’étude du Cevipof « Panel électoral français », en France, entre 1966 et 2002, la part des Français qui ont le sentiment d’appartenir à la classe moyenne a augmenté de 21 points de pourcentage. 3. Quelles sont les évolutions constatées quant ausentiment d'appartenance à une classe sociale d'après le document 2 ? (2 points) Premièrement, on observe que le sentiment d’appartenance à une classe sociale décline : en effet, entre 1966 et 2004, la part des Français qui ont le sentiment d’appartenir à une classe sociale a baissé (de 6 points de %) et la part de ceux qui n’ont pas le sentiment d’appartenir à une classe sociale augmente fortement(de 14 points de %). Deuxièmement, parmi ceux qui ont le sentiment d’appartenance à une classe sociale, on observe une augmentation de la part de ceux qui ont le sentiment d’appartenance à la classe moyenne (+ 21 points) et par contre une baisse de ceux qui ont le sentiment d’appartenance à la classe ouvrière (- 15 points).

1

2

4. Pour quelles raisons les générations nées après 1950 neconnaissentelles pas le même processus de moyennisation que leurs parents ? (document 3) (2 points) Pour les générations nées après 1950, contrairement à la génération précédente née entre 1925 et 1950, les inégalités entre les plus bas revenus (le « plancher social ») et les plus hauts (le « plafond social ») ont cessé de se réduire. En effet, la redistribution qui s’était fortement développéependant les 30 Glorieuses (« généralisation d’assurances sociales plus généreuses », « impôt progressif ») a stagné (bouclier fiscal, réduction des tranches pour l’impôt sur le revenu, exonérations fiscales, …). De plus, les inégalités de revenus primaires se sont accentuées : - faible augmentation des bas salaires et du SMIC, forte augmentation des revenus du patrimoine, …. - Cela s’explique ensuitepar le fait que la situation du marché du travail s’est dégradée. D’une part, on a observé la fin du « plein emploi » avec le développement du chômage. D’autre part, les générations nées après 1950 subissent le déclin de l’emploi typique (emploi salarié, en CDI, à temps plein) qui était la caractéristique de la « société salariale » et sont confrontées à la précarisation de l’emploi (emplois à...
tracking img