La dyspraxie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2076 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Et la dyspraxie ?
La dyspraxie développementale est un trouble des apprentissages spécifiques. Les enfants dyspraxiques ont des difficultés à planifier, à programmer et à coordonner des gestes complexes, intentionnels et orientés vers un but, à élaborer le programme moteur qui leur permettra de réaliser un geste conscient, à prendre en compte les feedbacks internes et externes pour modifier leurmouvement. Leur cerveau n’intègre pas la séquence motrice qui sous-tend l’automatisation d’un geste. La prévalence de la dyspraxie est élevée : 5 à 7 % des enfants de 5 à 11 ans, selon le Haut Comité de santé publique. Tous les enfants sont loin d'être repérés aujourd’hui, bien que cette pathologie pourrait concerner plus de 250 000 d’entre eux en primaire (près d’un enfant par classe).
Lesgestes complexes nécessitant un apprentissage, comme l’écriture, ne deviennent jamais automatiques chez les enfants dyspraxiques, qui doivent tout au long de leur existence prêter une attention importante à des gestes que les autres enfants apprennent peu à peu à réaliser de manière automatique. Dans la majeure partie des cas, ces difficultés de coordination des praxies sont associées à des troublesoculomoteurs. Cette difficulté à acquérir des stratégies de regard efficaces est extrêmement pénalisante puisqu’elle compromet l’accès aux informations présentées visuellement. Parce que ces perturbations apparaissent en l’absence de lésion cérébrale avérée, elles ont trop souvent par le passé été mises sur le compte d’une immaturité de l’enfant, d’un trouble affectif ou d’un manque destimulations. Elles sont en fait le reflet d’un dysfonctionnement du cerveau.
Les difficultés à appréhender les perturbations induites par ce handicap invisible, à comprendre et à mettre en œuvre les adaptations nécessaires des supports scolaires qui permettraient aux élèves dyspraxiques d’accéder aux compétences de leur classe d’âge conduisent chaque année des dizaines de milliers d’enfants d’intelligencenormale et même bien souvent supérieure à la moyenne vers un échec scolaire. Une coopération étroite entre l’équipe pédagogique, les intervenants médicaux et paramédicaux (ergothérapeute, psychomotricien…) et les parents est indispensable à la mise en œuvre de moyens de compensation au sein de l’école (remplacement de l’écriture manuscrite par la frappe au clavier d’ordinateur, par exemple).
Sitede l’INSERM.

Sur FREUD LACAN.com

Malaise dans la culture des surdoués

Éditorial du volume La culture des surdoués (Érès, 2006)

Auteurs : Marika Bergès-Bounes, Sandrine Jean-Calmettes 18/10/2006
Pour retrouver la fiche de ce livre dans notre catalogue : cliquez ici

"Hyperactif ? Hyperdoué ?", telle est la formulation de la récente demande d'une famille pour son enfant. Comme onl'entend tout de suite, il y a du "plus" chez cet enfant et c'est justement cet excès qui provoquerait la consultation, qui ferait symptôme. Mais, dans cette demande d'évaluation laconique et ramassée, où est le sujet ? Où est l'enfant qui se résumerait à l'un de ces deux adjectifs ?
Les réflexions et travaux que Jean Bergès, nous-mêmes et l'équipe de l'Unité de Psychopathologie de l'Enfant et del'Adolescent à l'hôpital Sainte-Anne, avons menés depuis plusieurs années, sont partis de cet étonnement initial qui a pris à revers une équipe habituée à s'occuper des insuffisances de l'enfant. C'est le trop qui questionne, et de plus en plus dans les consultations ce trop est supposé amener des difficultés : comme s'il fallait payer tout excès ?
D'ailleurs, il est intéressant de noter quecertains collègues préfèrent ne pas recevoir ce genre de demande, autour du surdon, car elle leur paraît inacceptable au regard de leur éthique et de l'idée qu'ils se font de leur métier.
La question du surdon - actuellement très médiatisée - a toujours existé, toujours fasciné. Mais le risque, dans notre culture consumériste, est de faire des enfants précoces une entité nosographique qui évacue...
tracking img