La fable

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1422 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Bac de Français : Fiche de Bilan

II. La fable

1. La fable

La fable est une variante de l’apologue, « court récit exposé sous une forme allégorique et qui renferme un enseignement, une leçon morale. La fable est un court récit en vers ou en prose mettant le plus souvent en scène des animaux, et incluant une morale. La construction du genre se fait en deux parties avec le récit et lamorale. La morale peut être explicite ou implicite, le fabuliste laissant au lecteur le soin de tirer lui-même la leçon. La fable a pour but de plaire et d’instruire.

Très ancienne, la fable remonte à la tradition orale. Le père de la fable est Esope. Elle se présente alors sous forme de courts récits en prose à visée didactique. Le genre se développe au Moyen Age où il est utilisé dans lessermons religieux ou comme outil pédagogique pour les enfants.

La Fontaine s’inspire du modèle gréco-latin, mais renouvelle également le genre. Le récit en prose développe les péripéties, le décor, les personnages et se détache de la brièveté ésopique et du conte animalier, en mettant de plus en plus en scène des humains. Il fait une alternance entre le récit et le dialogue, la description, lemonologue, mêlant discours direct, indirect et indirect libre. Il varie également la longueur des vers et la disposition des rimes. La fable n’attire plus que les enfants mais aussi les mondains dans leurs salons. Autre originalité, l’intervention du narrateur, qui disparaît derrière les évènements mais commente, ironise, maniant l’antiphrase, l’exagération ou le sous entendu, installant une complicitéavec le lecteur. La visée devient en outre plus ambiguë, revêtant une portée plus satirique que proprement morale.

Si le genre de la fable se perpétue au siècle suivant avec Florian, il entre désormais en concurrence avec d’autres formes à visée morale comme le conte philosophique et plus tard par la nouvelle voire le roman.

Fabuliste à connaître :
Au VI ème siècle avant J.C. :
oEsope avec Le corbeau et le renard
Au I ème siècle :
o Phèdre avec Le corbeau et le renard
Au XVII ème siècle :
o Jean de La Fontaine avec Les obsèques de la lionne en 1678
Au XVIII ème siècle :
o Florian avec La fable et la vérité en 1792
Au XIX ème siècle :
o Tristan Corbière avec Le poète et la cigale en 1873
Au XX ème siècle :
o Anouilh avec La cigale en 19612. Les stratégies d’argumentation

Il y a différents types d’arguments :

- Les arguments logiques établissent un rapport logique entre deux idées.
- Les arguments d’autorité font appel à une autorité extérieure qui valide le raisonnement énoncé ou la position soutenue.
- L’exemple argument s’appuie sur une image, un fait concret, une situation donnée pour apporter une idéenouvelle qui a force d’argument.
- L’argument ad hominem justifie d’une position en attaquant la personnalité de l’adversaire.

Il y a différents types de raisonnements :

- Le raisonnement par déduction : il part de propositions générale admises comme vraies pour établir une nouvelle proposition, un fait particulier qui en soit la conséquence.
- Le raisonnement par induction : il partdes faits particuliers, puis généralise pour dégager une loi, une règle.
- Le syllogisme : hérité de la théorie antique, c’est un type de raisonnement codifié répondant au schéma suivant : X=Y et Y=Z donc X=Z.
- Le raisonnement par l’absurde : il démonte la thèse adverse en la tournant au ridicule. Le raisonnement, poussé jusqu’au bout, fait apparaître les conséquences absurdes de lathèse adverse.

Un texte narratif ou descriptif peut avoir une portée argumentative; elle est alors implicite.

3. Les enchaînements textuels

Les outils d’articulation sont les adverbes ou les locutions adverbales, les conjonctions de coordination, les locutions corrélatives, les conjonctions de subordination, les éléments lexicaux et la ponctuation.

Les relations logiques :...
tracking img