La facade atlantique des etats unis

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1333 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La façade atlantique de l’Amérique du nord : une aire de puissance

Dans l’introduction, on attend de l’élève qu’il soit capable de :

- délimiter l’aire d’étude ;
- définir ce qu’est une aire de puissance ;
- problématiser l’intitulé en mobilisant dès l’introduction certaines des notions clé du sujet : interface, littoralisation, intégration...
- proposer une annonce deplan explicite.

Les trois temps de l’introduction doivent être clairement articulés : entrée en matière / réflexion sur les termes du sujet et problématisation / annonce de plan.

Notions clé que l’on doit trouver mobilisées/maîtrisées dans le développement :
- interface
- avant-pays/arrière pays
- littoralisation
- métropoles/métropolisation
- mégalopole
-plateforme multimodale/hub
- intégration
- centre d’impulsion
- aire de puissance

Pour le développement : la constitution du plan étant problématique, il sera sans doute nécessaire de valoriser davantage la maîtrise des notions clé du chapitre, appuyée sur des exemples soigneusement localisés et une rédaction claire, que l’ingéniosité du plan.

De nombreux schémas sont possibles pourappuyer la démonstration : j’en fournis deux exemples, l’un adapté à la série S, l’autre à la série ES/L.

Introduction

La façade atlantique de l’Amérique du nord regroupe les régions littorales des trois pays membres de l'ALENA : Canada, Etats-Unis et Mexique, depuis l’embouchure du Saint Laurent jusqu’au Golfe du Mexique, délimité au Sud par la péninsule du Yucatan. Bien que située aucœur du continent, derrière la barrière des Appalaches, la région des Grands lacs est comprise dans l’aire d’étude de la façade, sur laquelle elle débouche grâce aux Saint-Laurent. La façade atlantique de l’Amérique du nord apparaît ainsi comme une interface continentale majeure ; avec la dorsale européenne et la mégalopole japonaise, cet espace constitue l’une des plus fortes concentrations mondialesde puissance, caractérisée par une puissante dynamique de littoralisation. Cet ensemble, cependant, est hétéroclite : il est marqué par une grande diversité naturelle, de forts contrastes de peuplement et de développement, ne présente pas d'unité administrative hormis l'appartenance à l'ALENA ; ces remarques amènent plusieurs questions :

- dans quelle mesure cet espace constitue-t-il unensemble intégré doté d’une unité, d’une consistance régionale ?
- comment le fonctionnement d’interface permet-il de rendre compte de cette concentration de puissance ?

Développement

I – La mégalopolis : centre d’impulsion d’échelle mondiale…

La Mégalopolis a été historiquement favorisée par la relation transatlantique avec l'Europe, instituée par la colonisation ; cette relation avecl’avant-pays océanique européen a favorisé une puissante dynamique de métropolisation/littoralisation.

A/ La mégalopolis : la première concentration métropolitaine du monde
Identification du chapelet urbain Boston/New York/Philadelphie/Baltimore/Washington.
Mesure du poids démographique et économique. Cette démonstration doit s’appuyer sur une maîtrise distincte de la définition des termesmétropole et mégalopole.

B/ Un puissant « range » portuaire : des plateformes logistiques qui constituent les premières portes d’entrée du continent
Description des infrastructures logistiques à partir d’exemples étudiés en cours.

B/ Des fonctions métropolitaines de rang mondial diversifiées
La seule mesure du poids économique et démographique et de l’importance des infrastructures place laMégalopolis derrière la mégalopole japonaise ; la puissance de la Mégalopolis se mesure par la diversité et la concentration des fonctions métropolitaines : institutions internationales : ONU, FMI, Banque mondiale, institution financière : Wall street, institutions politiques : Washington, sièges sociaux de multinationales, institutions universitaires (Boston comme 1ère pôle universitaire :...
tracking img