La faim en afrique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3814 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Marguerite Maubert 2nde 2

Nourrir les Hommes en Afrique sub-saharienne: un défi difficile à relever

Question 1

La population africaine, estimée à 922 millions en 2005, a doublé depuis 1980, et pratiquement quintuplé depuis 1950. Cette croissance continue et très importante de la population entraine unecroissance des besoins alimentaires. L'Afrique a dépassé le cap du milliard d'habitants en 2009. Les États les plus peuplés sont le Nigeria (133 millions d'habitants), l'Égypte (79 millions) et l'Éthiopie (77 millions). La densité est passé de 5 à 28 habitants au km2, restant toutefois largement en deça de la moyenne mondiale (47 hab./km2). Les zones les plus densément peuplées sont la côte du Maghrebd'Agadir à Tunis, la vallée du Nil jusqu'à Assouan, l'Éthiopie, l'Afrique de l'Ouest au sud d'une ligne reliant Dakar, Bamako, Ouagadougou et Abuja ainsi que la côte de l'Afrique australe entre Le Cap et Maputo. Aux extrêmes se trouvent l'île Maurice (600 hab./km2) et la Namibie (2 hab./km2). Contrairement à l'Asie, les grandes vallées fluviales ne sont pas très densément peuplées, à l'exceptiondes bassins du Nil et du Niger.
La population est jeune, avec un âge médian de 17 ans (la médiane mondiale est de 23 ans), donc un âge où les besoins alimentaires d’apport caloriques sont plus importants. Et 45 % des Africains ont moins de 15 ans (21 % de la population dans l'OCDE, 30 % dans le monde), et les plus de 65 ans ne représentent que 3 % de la population (contre 13 % dans le reste dumonde). Au tournant des années 2000, la croissance démographique a diminué, passant de 3 % à 2,3 % sous l'effet conjugué de la baisse de la natalité et de la mortalité due au VIH ; elle n'en reste pas moins la plus élevée du monde. En 2000, 22 % des décès dans le monde eurent lieu en Afrique, pour 13 % de la population.
L'Afrique subsaharienne, hormis l'Afrique du Sud, atteint des taux defécondité de 7 enfants par femme. De manière générale, la maîtrise de la natalité coïncide avec la scolarisation des filles et un accès facilité à la contraception, et permet le développement économique du pays en augmentant la part de la population active.
L’Afrique comptera 1,4 milliard d’habitants en 2040 contre 750 millions en 2006. Cette forte croissance démographique du continent sera-t-ellealors un fardeau ou une opportunité ? En raison de son rythme de croissance, de la jeunesse de sa population, le continent se trouve d’ores et déjà confronté aux défis de sa démographie.

Question 2

La sous-alimentation ou sous-nutrition est un état de manque important de nourriture caractérisé par un apport alimentaire insuffisant pour combler les dépenses énergétiques journalières d'unindividu et entraînant des carences nutritionnelles. Chez l'être humain, la sous-nutrition prolongée entraîne des dommages irréversibles aux organes et, au final, la mort.
Il convient de distinguer la sous-nutrition de la malnutrition, qui associe également une forte dimension qualitative.
D'après l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), plus de 25 000 personnesmeurent chaque jour de sous-nutrition, et plus de 800 millions de personnes sont chroniquement en sous-nutrition. La plupart de ces personnes se trouvent en Afrique. Selon la FAO, il y a 186 millions de personnes affamées en Afrique. Les statistique montrent que chaque individu ne digère que de 1700 à 2050 calories par jour.

Question 3

Divers évènements peuvent avoir un impact plus oumoins directs sur l'apparition d'un état de famine.
Des causes naturelles comme un changement climatique, souvent la sécheresse, mais également des catastrophes naturelles ou des maladies végétales (comme le mildiou de la pomme de terre en Irlande au XIXe siècle) peuvent entraîner une famine. Grâce aux progrès techniques en agriculture, ce type de famine est éliminé dans de nombreuses parties du...
tracking img