La famille

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5727 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA FAMILLE

Dossier réalisé par: sauvage élodie

Sommaire:

Introduction :

I Dogme intouchable de la biparentalité

A / Une vision sociétale de la famille

B / Le couple parental au delà du couple conjugal


II Reconnaissance difficile des structure familialecontemporaines


A / L'émergence d'une parentalité sociale

B / La législation confrontée à de nouvelles formes de revendications


Conclusion

Introduction:

La famille, apparaît aujourd'hui comme le «  domaine de la vie le plus important » pour les Européens et particulièrement les français, à en croire une enquête réalisée par l'INSEE en juin2003 (« Histoire de vie- Construction des identités »).
Si le terme de « famille » est abondamment employé dans notre société, il n'en demeure pas moins qu'en donner une définition exacte reste complexe. En effet, les différents acteurs sociaux ne l'appréhendent pas de la même manière. Si les psychologues s'attachent à analyser les relations parents-enfants, les sociologues quant à eux, cherchentà comprendre le lien unissant la société et les différentes formes familiales.
Cependant, la définition la plus utilisée reste celle développée par l'INSEE, dans laquelle la « famille est la partie d'un ménage comprenant au moins deux personnes et constituée d'un couple marié ou non, avec le cas échéant son ou ses enfant(s) appartenant au même ménage ».
Depuis les années 1960, des changementsimportants ont été remarqués dans les structures familiales, notamment impulsés par des transformations socio-économiques telles que la salarisation des femmes, la maîtrise de la contraception, et une certaine « banalisation » du divorce.
Ces changements s'inscrivent dans une société de plus en plus individualiste, où les sentiments personnels ont tendance à primer sur l'intérêt collectif,justifiant alors le passage des familles « patrimoniales » aux familles « relationnelles ».
La vie conjugale est alors devenue plus instable, plus fragile, principalement à cause des aspirations individuelles des conjoints. Cela s'illustre par une augmentation sensible du nombre de divorces depuis les années 1970, à tel point qu'on estime aujourd'hui, qu'un mariage sur trois se clôturera par undivorce. En parallèle, un recul du nombre de mariages est observé, ainsi qu'une hausse des unions libres le plus souvent accompagnées de naissance hors mariage, et finalement, le développement de nouvelles structures familiales.
Ces nouvelles formes de familles suscitent actuellement de nombreux débats, avec en leur cœur des interrogations, l'éventualité d'une « crise » de la famille. En effet, certainsspécialistes, s'accordent à penser que ces mutations pourraient conduire à une fragilisation du tissus familial et par là même bouleverser la structure socle de notre société que constitue la biparentalité. Ce qui conduit divers acteurs, à l'image des psychologues, à vanter les mérites de la famille traditionnelle.

Par conséquent, comment les structures familiales contemporainesparviennent-elles à être reconnues dans une société cultivant le mythe de la famille traditionnelle

Si la biparentalité s'apparente à une notion relativement protégée par les normes de notre société (I), la reconnaissance des structures familiales contemporaines n'en est que plus difficile (II).

I Dogme intouchable de la biparentalité
La biparentalité, c'est à dire les fonctions éducatives exercées pardes parents hétérosexuels, est la vision socialement admise de la parentalité dans nos sociétés occidentales (A). Bien qu'il semble être fragilisé par le nombre croissant de divorces, le couple parental par l'intervention de la législation et l'évolution des moeurs, demeure au delà de la fragmentation du couple conjugal (B).

A) Une vision sociétale de la famille :

L'institution...
tracking img