La ferme des animaux de georges orwell

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1725 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La ferme des animaux de George Orwell : un apologue

En quoi le récit d'Orwell, paru en 1945, peut-il être considéré comme un apologue ?
Il associe les deux caractéristiques fondamentales de ce genre :

Pour 10 chapitres pour 150 pages en édition Folio, c'est le format d'une
grande nouvelle ou d'un petit roman. Sans être aussi bref qu'une
fable, c'est un récit relativement modeste
Lasimplicité du style, « La bonne prose est comme une vitre » dit Orwell pour suggérer
que l'écriture doit permettre au lecteur de voir clairement quel est le
propos, sans se mettre en travers de la compréhension. Ses phrases
sont généralement simples, de même que le vocabulaire. (Ce qui fait
apparaître d'autant plus ridicule le jargon employé par la propagande
de Boule-de-Neige...)
Le lecteur serend clairement compte de la circularité du récit, puisqu'il est
presque « en boucle », et donne déjà une sorte de « leçon » assez
pessimiste, puisque le sort des animaux à l'issue du récit est aussi misérable
sinon pire qu'au début...

Il s'agit ici d'une sorte de fable animalière qui répond aux
conventions acceptables du genre : les animaux parlent, pensent,
agissent comme des humains.Ils ont des « profils »
caractéristiques du type « moutons=suivistes obéissants »,
cheval=travailleur », ce sont des silhouettes schématiques, même
si elles prennent une personnalité par des noms.
Il s'agit là de ce qui caractérise l'aspect « fable » du récit, sa
composante irrationnelle, acceptable par un enfant parce qu'elle
relève du merveilleux des contes et fables traditionnelles.
Deplus le lecteur éprouve un plaisir à constater la naïveté des animaux
facilement trompés par Napoléon, de même qu'un certain plaisir à
retrouver les traits humains sous les comportements animaux.

2. Il est porteur d'un enseignement, d'un sens second
- une contre-utopie
cette sorte de république des animaux tourne assez rapidement au
cauchemar. Georges Orwell met en lumière la réalité d'unesclavage au sein d'une dictature.
L'ensemble du récit est une sorte de conte philosophique qui
montre comment les utopies sont dangereuses et tournent au
malheur de ceux dont elles prétendent assurer le bonheur.
On est ainsi devant 3 niveaux de lecture possibles avec une hisoire d’animaux de la ferme, une critique du communisme ainsi qu’une vision pessimiste du monde dont laquelle découle unemoralité.
On peut donc dire que La ferme des animaux réunit la plupart des caractéristiques
significatives de l'apologue : à travers un récit bref dont le sens premier offre de façon
plaisante une histoire d'animaux, George Orwell transmet une fable philosophique dont la
signification, grâce à l'allégorie, dépasse la simple analyse idéologique d'un moment
historique.

Résumé de La ferme desanimaux de George Orwell (1945)
Des animaux vivent dans une ferme de la campagne anglaise. Mr Jones en est le
propriétaire. Mais les conditions de travail des animaux sont précaires : rations de
nourriture faibles, repos quasi inexistant, pas de jours fériés, même pas de syndicat de
vaches laitières ou de canards. Si bien que le vieux cochon Sage l'Ancien, qui maîtrise la
rhétorique, décidede préparer un complot et de lancer une révolte. Il promet un monde
meilleur, sans exploitation, passant par la fin de la domination humaine. Une nouvelle ère
doit voir le jour, l'Animalerie. Un chant est d'ailleurs créé à cette occasion : Bêtes
d'Angleterre. L'Animalerie aura vocation à s'étendre à la terre entière : "animaux de tout
pays, unissez-vous !" scanderont bientôt les exploités dumonde entier, promet Sage
l'Ancien.
Un 21 juin, la révolution éclate enfin : Jones et ses ouvriers sont mis en fuite par toute la
basse-cour, aidés par les vaches, les veaux, les chevaux, les ânes et les dindons. Deux
cochons, Boule de Neige et Napoléon, dignes héritiers de Sage, prennent la tête du
nouveau régime. Un troisième cochon, Brille-Babil, se charge de la communication.
Sept règles...
tracking img