La figure de satan dans sous le soleil de satan de bernanos

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 50 (12283 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La figure de Satan dans
Sous le soleil de Satan

Introduction
La littérature de l’entre-deux guerres rend compte du désarroi causé par la guerre, d’un nouveau «  mal du siècle » qui constitue « une interrogation sur la condition humaine, sur la valeur et le sens de l’existence, et c’est un aspect majeur de la crise que traverse alors, comme on l’a vu déjà sur d’autres plans, l’humanismetraditionnel »[1]. Les écrivains de cette période, si riche en bouleversements, ont été fortement sollicités et marqués par l’histoire. La guerre a laissé une empreinte très profonde et durable dans les esprits. Pour remédier à l’inquiétude ambiante, nombreux sont les auteurs de l’entre-deux guerres qui vont se tourner vers la religion[2].
Au niveau littéraire, dans ce monde secoué par leconflit et déstabilisé par diverses remises en question, émergent des héros de l’inquiétude. Sous le soleil de Satan[3] de Georges Bernanos parait en 1926 et jette le public selon l'expression de Benjamin Crémieux « en plein satanisme ». En effet, la même année Lévis-Mirepoix publie Le voyage de Satan, Alzir Hella et Olivier Bounac offrent enfin une traduction des Elixirs du diable d'Hoffmann. Demême, Gaston Picard livre une série d'enquêtes sur « Le Diable » dans L'intransigeant. Le critique littéraire Benjamin Crémieux analyse le phénomène sous le titre « Le Retour de Satan » dans Les Nouvelles littéraires de septembre 1926. Le roman de Bernanos s’inscrit donc parfaitement dans cette époque inquiète, sous l’emprise de Satan.
Cette étude thématique se propose d’étudier la place etle rôle de Satan dans le premier roman de Bernanos. Avant de nous intéresser plus particulièrement à la figure de Satan dans l’œuvre de Bernanos, nous étudierons les sources de l’écrivain. Puis, nous verrons l’action de Satan sur l’homme et les différentes représentations du péché. Enfin, nous tenterons d’analyser le sens de la figure de Satan dans le roman.

I. Aux sources du Satan bernanosien.Pour représenter la figure de Satan dans SLSS, Bernanos s’est inspiré à la fois de la Bible qu’il connaît très bien mais aussi de la littérature qui a souvent mise en scène le prince de ce monde.

1. La Bible

La figure de Satan n’apparaît que dans trois livres de l’Ancien Testament, ce qui est peu. Le mot « satan », nom commun en hébreu, signifie « adversaire ». Le mot sera employé pourdésigner une fonction, à savoir celle d’un ange chargé de surveiller ou d’accuser les hommes désobéissant à Dieu. Une tradition très ancienne, qui réinterprète les mythes de Canaan, voisin d’Israël, en fait une sorte une sorte de procureur qui a pour rôle de mettre en accusation le peuple juif devant le tribunal de Dieu. Ainsi, le nom commun « satan » deviendra le nom d’une entité : Satan. LeSatan n’apparaît que de façon très nette dans le livre de Job[4] et dans une vision accordée au prophète Zacharie[5]. Dans les deux cas, le Satan appartient au monde angélique mais il joue le rôle de provocateur ou d’accusateur. Le livre de Job est fondamental pour comprendre la maturation de Satan dans le judaïsme. L’auteur veut y réconcilier le Dieu d’Israël avec l’existence du mal. Celui-ci, commeil est alors coutume de le penser, ne serait pas forcément une punition mais ferait partie intégrante de la création. Avec ce texte, Satan est celui qui dénonce mais surtout celui qui incite au mal. Ainsi, le diable s’intègre dans un rapport renouvelé entre Dieu est l’homme. Le mal est relatif à Dieu, puisque celui-ci est créateur tout-puissant, mais Dieu n’en est pas responsable. Pourtant il letolère et invite l’homme à accepter sa création dans toute sa complexité.
Progressivement Satan prend les pouvoirs divins, ce qui permet aux auteurs juifs de le rendre responsable du mal et de proclamer l’innocence de Dieu. Deux textes, celui du Livres de Samuel, et celui des Chroniques montrent cette transition. On passe du Satan accusateur à Satan agent du mal sur la terre. L’histoire raconte...
tracking img