La finance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 30 (7472 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La crise Financière
Les crises financières se sont multipliées depuis quelques années, prenant souvent la forme de crises « jumelles » (conjugaison de crises bancaires et de crises de change). Elles ont aussi changé de nature, les crises dites de première génération (avec un régime de change non soutenable parce qu’incompatible avec les déséquilibres extérieurs et budgétaires), relayées par descrises financières de deuxième ou troisième génération mettant en œuvre d’autres mécanismes et appelant d’autres réponses. Mais, quelle que soit leur nature, la plupart de ces crises restent difficiles à prévoir par les autorités monétaires nationales ou internationales, et même leur interprétation après coup est sujette à débats.

Les crises financières secouent depuis dix ans, presque sansinterruption, l’économie mondiale. Elles ont été spécialement fréquentes et profondes pour les économies les plus récemment intégrées aux mouvements financiers internationaux, alors que les économies qui s’inscrivent dans une longue tradition d’intermédiation financière ont été moins sévèrement touchées.

En effet, la crise mexicaine, à la fin de 1994 et au début de 1995, ouvre le nouveau cycle.Elle est suivie deux ans plus tard, en juillet 1997, par la crise thaïlandaise, qui, se propageant à une large partie de l’Asie en 1997 et 1998, frappe la Corée, la Malaisie, l’Indonésie et les Philippines. En août 1998, c’est au tour de la Russie, et la crise russe déstabilise le Brésil à la fin de 1998 et au début de 1999. La Turquie entre en crise à la fin 2000, l’Argentine en 2001 puis le Brésilà nouveau en 2002. Dans ce sombre, et pourtant partiel, tableau des crises des économies émergentes la Chine et l’Inde font figures de rares exceptions, jusqu’à maintenant.
Pour autant, les grands pays industriels ne sont pas épargnés. Aux États-Unis, en 1998, la faillite d’un grand fonds d’investissement LTCM met en péril les équilibres financiers des marchés américains. Et à partir de 2000,tous les grands pays industriels affrontent une des plus grandes crises boursières de leur histoire, qui met un terme à l’euphorie de la « nouvelle économie » et porte au jour les fraudes qui l’ont accompagnée et nourrie.
D’ailleurs la période récente s’inscrit pour partie dans la continuité de celle qui la précédait. Certes, les crises des changes des monnaies des pays développés se sontprogressivement raréfiées après la crise du dollar d’août 1971 et l’abandon du système de change fixe de Bretton Woods, à l’exception de la crise du système monétaire européen de 1993. Mais en 1987 les bourses mondiales ont été secouées par une crise d’une rare violence. Et la crise de la dette des pays en voie de développement les plus dynamiques (que l’on appelait alors les « nouveaux pays industrialisés» NPI) qui a débuté en août 1982 a touché un nombre élevé de pays et a menacé la stabilité du système monétaire et financier mondial. Elle a préfiguré à maints égards la crise des pays asiatiques des années 1997 et 1998, bien que le rôle des facteurs exogènes (le taux d’intérêt américain) et des banques des pays développés y aient été beaucoup plus importants. Première grande crise de la dettesouveraine d’après guerre, elle s’est accompagnée d’un repli massif et durable des financements internationaux, et, avec celui-ci, un tarissement des grandes crises financières des pays émergents. Ce n’est que douze ans après cette crise de la dette de 1982, après un retour brutal et massif des capitaux étrangers vers ces pays, sous la forme de titres financiers (obligations, actions) plus que decrédits bancaires, que ressurgissent dans ces pays les grandes crises financières.

Mondialisation = Crise Financière :
Commençons par rappeler que la crise financière peut être définie comme une fluctuation de grande ampleur affectant tout ou partie de variables financières que sont le volume d’émission et cours des obligations ou des actions, l’encours des crédits et de déports bancaires, le...
tracking img