La financiarisation du secteur agricole impact-elle sur la volatilité des prix

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 38 (9421 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
|
FINANCE ET PRODUITS AGRICOLES |
Pb : La financiarisation du secteur agricole impact-elle sur la volatilité de prix ? |
M1 Economie et Finance InternationaleLIU Patrick2009-2010 |

Table des matières :

Introduction3

1-La financiarisation du secteur agricole : à l’origine d’un accroissement de la volatilité des prix…..5
1-1 Volatilité historique et parts des opérateursfinanciers sur les marchés à termes agricoles : Une progression conjointe………………………………………………………………………………………………….. 5
Analyse de la volatiltié et crise alimentaire 5
Analyse des parts des positions prises par chaque type d’investisseur 9

1-2 Changement dans la composition des investisseurs et impacts sur les prix………………….….. 12
Analyse des positionsprises par les investisseurs financiers et impact sur les prix…………….12
Un nouvel investisseur à l’origine de la volatilité des prix : les opérateurs sur indices……….17

2-La spéculation : Un phénomène qui accompagne la flambée des prix20
2-1 Une spéculation non excessive en période de crise alimentaire 20
Définition de la statistique T de Working et degré de spéculationexcessif…………………………20
Analyse de l’indice T durant la période de crise …………………………………………………………………..22

2-2 Les matières premières : une classe d’actif appart entier attiré par la flambée des prix……..24
Les matières premières : un rendement supérieur au rendement sans risque…………………….27
Un rendement négativement ou faiblement corrélé avec le rendement des actifstraditionnels…………………………………………………………………………………………………………………………28
Un rendement difficile à reproduire avec une combinaison linéaire d’actifs………………………..29

Conclusion……………………………………………………………………………………………………………………...33
Annexe ……………………………………………………………………………………………………………………………….34
Bibliographie……………………………………………………………………………………………………………………….40

Introduction :

«  Les spéculateurs créent une bulle qui englobetout. Leurs prévisions et leurs paris sur le futur poussent les prix vers le haut et leurs transactions faussent les cours, en particulier ceux des matières premières. » Gorges Soros
C’est dans un contexte d’incertitude et sur la base de tels arguments que de nombreux observateurs ont attribué à la spéculation la responsabilité de la récente crise alimentaire de 2008.
En effet depuis le début desannées 2006, on a pus assister à une flambée spectaculaire des prix des matières premières agricoles jusqu’en mi-2008 pour lequel les prix ont atteint leur niveau les plus hauts avant d’entamer une phase de déclin quasi-immédiate de ces prix. C’est donc dans ce contexte d’incertitude vis-à-vis des prix et de soudaine variation de ceux-ci que l’on parle de crise alimentaire accompagnée par uneforte volatilité des prix. La volatilité ici sera définit par les soudaines variations de prix que l’on peut observer sur une période donnée.
De plus, une autre caractéristique de cette crise alimentaire à été la présence accrus d’investisseurs financiers sur les marchés à termes agricoles, témoignant ainsi d’une « financiarisation » du secteur agricole. Se faisant, les agriculteurs ainsi que denombreux observateurs ont endossé à la financiarisation du secteur agricole la responsabilité de cette soudaine volatilité des prix via des activités spéculatives accrues. D’où le questionnement suivant :
La financiarisation du secteur agricole impact-elle sur la volatilité des prix ?
Afin d’y répondre, nous allons dans un premier temps procéder à une analyse de la volatilité des prix sur larécente période et la comparer avec la part et le sens des positions prises par les investisseurs financiers des 3 principaux produits de bases (blé, maïs, riz) qui sont échanger sur le premier marché à terme , à savoir le Chicago Board Of Trade. Cela dans le but de montrer s’il celle-ci pourrait ou pas avoir impacter sur la volatilité des prix.
Puis dans un second temps, nous procèderons à une...
tracking img