La fleur du mal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (945 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lorsque nous étions enfants, nous redoutions plus que tout, cet instant où les ombres envahissent le ciel, où les volets se ferment et où la nuit avale le jour dans son ventre glacé. Nous éprouvionsalors une peur indicible, irraisonnée animal. Une peur où, pourtant, se mêlait à une sorte de plaisir confus. La peur du noir. La nuit est inséparable du sommeil et de la peur.

Il y a un siècle decela, la plus étrange et angoissante histoire se produisit.
Par une nuit glaciale et interminable, le manoir de Fentwich était plus que jamais étrange.
………………………
« J’ai mal ! Donnez le moi ! 
-Maître, je ne vous donnerai pas un anti- douleur de nouveau. Cela est beaucoup trop tôt, vous en avez pris il y a de cela d’une heure.
- Mais ma douleur… je suis harassé ! Mon corps ne m’obéit plus,les frissons de chaleur m’envahissent ! Donnez le moi.
- non maître. D’après Le procédé d’anti douleur c’est formellement interdit. Je reviendrai voir votre état dans une heure.
A la seconde oùle médecin franchit la porte, je me senti délaissé, trahi, mourant. je restai allongé dans mon lit, j’attendis que quelqu’un m’enlève cette douleur insupportable. Je révâssais tout en restant aveuglépar ma douleur. Je plongeai mon regard dans la pièce puis m’arrêtai sur le tableau le plus rassurant. Celui où ma femme avait été peinte. Elle est morte peu de temps après.
Je la contemplai pendantdes minutes entières, mon regard ne cessa jamais de fixer le tableau. Je divaguai, repensai à tous nos bons souvenirs, à notre mariage, à nos enfants, à elle. Elle était d’une bonté rare.
Tout à coupla porte s’ouvrit en laissant un courant d’air qui vint me glacer la peau. Mon valet était de retour.
Il s’exprima d’un air soucieux 
«  Tout va bien Maître ?
* Oui je suis seulement pensif.Je repense à ma femme, …..
* Quelle femme charmante, j’adorai discuter avec elle.

Une douleur atroce creusa ma poitrine, je hurlai de douleur, comme si on m’avait arraché mon cœur de ma...
tracking img