La fonction du poète

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (526 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 septembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
La Fonction du Poète, de Victor Hugo
Questions

1) Dans les quatre premiers vers du premier du dizain, le son « ète » et « ré » se répètent de la forme suivante : a/b/a/b (« poète » avec« complète », « sacré » avec « éclairé »), ce sont des rimes croisées.
Les deux vers suivants sont faits de rimes plates, les mots « ombres » et « sombres » se suivent.
Les quatre dernières rimes prennent laforme a/b/b/a (« éclos » avec « flots » et « femme » avec « âme »), ce sont des rimes embrassées.

Au prochain dizain, on a :
Les quatre premiers vers de la forme a/b/a/b (« épines » avec « ruines »,« dérision » avec « tradition »), ce sont une fois de plus des rimes croisées.
On retrouve deux vers groupés, sous la forme de rimes plates (« féconde rime avec monde »), et les quatre derniers versen rimes embrassées, où « bénir » rime avec « avenir » et « divine » rime « racine ».

Dans le dernier dizain :
Toujours les quatre premiers vers en rimes croisées, dans lesquelles on retrouve« flamme » qui rime avec « âme » et « vérité » qui rime avec « clarté ».
Puis on retrouve les deux vers en rimes plates, où « lumière » rime avec « chaumière ».
Enfin, les quatre derniers vers de cettestrophe, et donc du poème, sont encore sous la forme de rimes embrassées, avec « hauteurs » qui rime avec « pasteurs » et « dévoile » qui rime avec « étoile ».

2) Dans le premier dizain, le son« o » est repris 6 fois, c'est le son le plus répété de cette strophe, c'est donc une assonance en « o ».
Dans le second dizain, le son « i » est rejoué 10 fois, c'est donc encore une assonance, mais en« i ».
Enfin, dans la dernière strophe, on peut entendre le son « é » une vingtaine de fois, il est sans conteste le son dominant de ce dizain.
Ces sonorités

3) Au ver n°2, on peut apercevoir unepériphrase, ici le poète est introduit comme « rêveur sacré »
On trouve une comparaison, au ver n°8 «Homme, il est doux comme une femme. », le comparé est l'homme, le comparant est la femme,...