La formation de l'esprit scientifique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2396 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
UNIVERSITE VICTOR SEGALEN BORDEAUX 2

MEMOIRE
Pour le

CERTICAT DE PSYCHOBIOLOGIE DES COMPORTEMENTS

Année 2004-2005

|HYPOTHESES ETIOPATHOGENIQUES CONDITIONNANT LA STRUCTURE DU SOMMEIL CHEZ LE BRUXOMANE ET LEURS APPORTS AUX THERAPEUTIQUES ACTUELLES |

Hélène LAFARGUE

Directeur Pr. PATYI-INTRODUCTION..........................................................................................p3

II-DEFINITION………………………………………………………………p3
1-Les Parasomnies
2-Le Bruxisme
2.1 Le bruxisme : une parafonction et une parasomnie
2.3 Il n’existe pas un mais des bruxismes
2.4 L’étiopathogénie reste complexe et hypothétique
2.5 Les conséquences du bruxisme dépassent les simples atteintes dentaires
2.6 De la diversité des troubles surgit le problème dudiagnostic
2.7 Le bruxisme est un phénomène hautement variable
2.8 La meilleure fiabilité diagnostique est obtenue par la polysomnographie 2.10 Les critères de diagnostic polysomnographiques
2.11 Diagnostic différentiel

III-EPIDEMIOLOGIE……………………………………………………...p11
1-Il est difficile d’obtenir une évaluation fiable de la prévalence
2-Principales associations et facteurs de risques2.1Association aux autres parasomnies et aux dyssomnies
2.2 Association au tabac, à la caféine et à l’alcool
2.3 Association aux psychopathologies
2.4 Association au retard mental ou psychomoteur
2.5 Association à la consommation de drogues

IV-HYPOTHESES ETIOPATHOGENIQUES……………………………p14
1-Le bruxisme : un trait génétique complexe ?
2-L’influence des facteurspsychologiques
3-L’influence des facteurs morpho-occlusaux
4-Hypothèses éphysiopathologiques
4.1 Rappels sur la physiologie du sommeil
4.2 Macrostucture du sommeil chez le bruxomane
4.3 Le bruxisme serait conséquent aux micro éveils
4.4 Microstructure du sommeil chez le bruxomane
5-Hypothèses dopaminergiques et sérotoninergiques
6-Rôle hypothétique de ces activations oro-motrices
6.1RMMA, SRB et reflux gastro-oesophagien
6.2 Position des maxillaires, RMMA, et flux respiratoire

V- APPORTS RECIPROQUES DES HYPOTHESES ETIOPATHOGENIQUES AUX THERAPEUTIQUES ACTUELLES…p24
1-Des règles d’hygiène du sommeil
2-Les traitements odonto-stomatologiques
3-La gestion des facteurs psychologiques
4-Les thérapeutiques médicamenteuses

VI-CONCLUSION…………………………………………………………..p27VII-BIBLIOGRAPHIE……………………………………………………...p28
I-INTRODUCTION

En odontologie, les patients consultant pour des symptômes de dysfonction temporomandibulaire sont en nombre toujours croissant. Parmi eux, les bruxomanes présentent des troubles parfois spectaculaires. Leur démarche thérapeutique est souvent ancienne et erratique, ils ne trouvent parfois pas de réponses à leur questions, ni desoulagements à leurs douleurs. En l’absence de coopération multidisciplinaire les thérapeutiques tournent souvent court. Focalisées sur les conséquences du trouble, elles ignorent le plus souvent le fait que le bruxisme est également une parasomnie. Pourtant, c’est lors du sommeil que se produisent les épisodes les plus délétères.
Ce travail de synthèse bibliographique a été effectué dans le but de mieuxcomprendre les altérations du sommeil chez le bruxomane, si toutefois elles existaient, et d’envisager leurs conséquences dans le domaine thérapeutique.
Or, il nous est rapidement apparu qu’appréhender les altérations structurales du sommeil équivalait à appréhender l’étiopathogénie du bruxisme et que, comme pour de nombreuses autres parasomnies, celle-ci demeure bien hypothétique.
De même, ilnous a semblé impossible d’aborder leurs mécanismes neurophysiologiques complexes sans replacer les bruxomanies dans le contexte des parasomnies.
Les données épidémiologiques ainsi que les associations à de nombreuses autres entités cliniques ont beaucoup contribué à la formulation de ces hypothèses étiopathogéniques.
Enfin, à la lumière des plus récentes hypothèses, l’approche thérapeutique...
tracking img