La fortune des rougon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1672 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
BACCALAUREAT GENERAL

SESSION 2011

EPREUVE DE FRANÇAIS

SERIES ES - S

Durée de l’épreuve : 4 heures

Coefficient : 2

L’usage des calculatrices et des dictionnaires est interdit.

Le sujet comporte 6 pages, numérotées de 1/6 à 6/6.

Le candidat s’assurera qu’il est en possession du sujet correspondant à sa série.

11FRSEME1-LR1

Page 1 sur 6

Objet d’étude :

Le romanet ses personnages : visions de l’homme et du monde

Le sujet comprend :

Texte A - Victor Hugo, Les Misérables, 4ème partie, livre 12, 1862 Texte B - Gustave Flaubert, L’Education sentimentale, troisième partie, I, 1869 Texte C – Emile Zola, La Fortune des Rougon, chapitre I, 1871

11FRSEME1-LR1

Page 2 sur 6

TEXTE A - Victor Hugo, Les Misérables, 4ème partie, livre 12 Gavroche, ungamin de Paris, aide les insurgés qui construisent une barricade, au cours de l’émeute parisienne de juin 1832. Gavroche, complètement envolé et radieux, s’était chargé de la mise en train. Il allait, venait, montait, descendait, remontait, bruissait, étincelait. Il semblait être là pour l’encouragement de tous. Avait-il un aiguillon ? oui certes, sa misère ; avait-il des ailes ? oui certes, sa joie.Gavroche était un tourbillonnement. On le voyait sans cesse, on l’entendait toujours. Il remplissait l’air, étant partout à la fois. C’était une espèce d’ubiquité1 presque irritante ; pas d’arrêt possible avec lui. L’énorme barricade le sentait sur sa croupe. Il gênait les flâneurs, il excitait les paresseux, il ranimait les fatigués, il impatientait les pensifs, mettait les uns en gaieté, lesautres en haleine, les autres en colère, tous en mouvement piquait un étudiant, mordait un ouvrier ; se posait, s’arrêtait, repartait, volait au-dessus du tumulte et de l’effort, sautait de ceux-ci à ceux-là, murmurait, bourdonnait, et harcelait tout l’attelage ; mouche de l’immense Coche révolutionnaire. Le mouvement perpétuel était dans ses petits bras et la clameur perpétuelle dans ses petitspoumons : - Hardi ! encore des pavés ! encore des tonneaux ! encore des machins ! où y en a-t-il ? Une hottée2 de plâtras pour me boucher ce trou-là. C’est tout petit votre barricade. Il faut que ça monte. Mettez-y tout, flanquez-y tout, fichez-y tout. Cassez la maison. Une barricade, c’est le thé de la mère Gibou3. Tenez, voilà une porte vitrée. Ceci fit exclamer les travailleurs. - Une porte vitrée! Qu’est-ce que tu veux qu’on fasse d’une porte vitrée, tubercule 4 ?
20

5

10

15

25

- Hercules vous-mêmes ! riposta Gavroche. Une porte vitrée dans une barricade, c’est excellent. Ça n’empêche pas de l’attaquer, mais ça gêne pour la prendre. Vous n’avez donc jamais chipé des pommes par-dessus un mur où il y avait des culs de bouteilles ? Une porte vitrée, ça coupe les cors auxpieds de la garde nationale5 quand elle veut monter sur une barricade. Pardi ! le verre est traître. Ah ça, vous n’avez pas une imagination effrénée, mes camarades !

______________________
1 2 3 4 5 Capacité d’être dans plusieurs lieux à la fois. Contenu d’une hotte pleine. Boisson faite de beaucoup de mélanges. Racine qui est une réserve nutritive pour une plante ; ici, allusion à la petitetaille de Gavroche. Soldats envoyés pour mater la révolte.

11FRSEME1-LR1

Page 3 sur 6

TEXTE – B Gustave Flaubert, L’Education sentimentale, III. 1, 1869 Frédéric, le héros de l’Education sentimentale, assiste avec son ami Hussonnet au saccage du Palais des Tuileries, au cours de la Révolution de 1848. Tout à coup la Marseillaise retentit. Hussonnet et Frédéric se penchèrent sur la rampe.C’était le peuple. Il se précipita dans l’escalier, en secouant à flots vertigineux des têtes nues, des casques, des bonnets rouges, des baïonnettes et des épaules, si impétueusement, que des gens disparaissaient dans cette masse grouillante qui montait toujours, comme un fleuve refoulé par une marée d’équinoxe, avec un long mugissement, sous une impulsion irrésistible. En haut, elle se répandit,...
tracking img