La france dans le monde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2582 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction
« La France ne peut être la France sans la grandeur » écrivait le général de Gaulle dans sesMémoires. Bon nombre de ceux qui veulent son retour en 1958 ne doutent pas un instant qu'en contribuant à la chute de la IVe République, ils aideraient le pays à renouer avec sa splendeur déchue. 1940, 1954, 1956, de désastres en échecs retentissants, une certaine opinion attribue auxinstitutions l'incapacité de la France à défendre son rang, sans se rendre compte que le monde a changé depuis 1945. La Constitution de la Ve République attribue dorénavant au chef de l'État un rôle bien plus prépondérant qu'à ses prédécesseurs. Mais, par une sorte de retournement historique, l'homme qui incarne la politique de grandeur nationale est aussi celui d'un complet redéploiement de laposition française dans le monde. Déchirement pour les uns, soulagement pour les autres, ce virage singulier est si radical que les successeurs du général de Gaulle, de gauche comme de droite, n'ont pas d'autre choix que de suivre la voie tracée. Un nouvel ordre des choses doit être accepté par les dirigeants français comme par l'opinion publique et ce, dans des contextes bien précis : l'avant etl'après-décolonisation, l'avant et l'après-guerre froide ainsi que la période de la construction européenne. Changement d'orientation qui ne signifie pas, bien entendu, renoncement à tout.
I. Quel empire après le départ des colonies ?
La France, avec beaucoup de difficultés, doit se résigner à la perte de son empire colonial, le deuxième plus grand au monde. Cette liquidation, déjà entamée avant 1958,est d'autant mieux acceptée que les apparences sont sauves. Ainsi, le cartierisme (du nom de Raymond Cartier, journaliste à Paris-Match) véhicule l'opinion qui tend à considérer que la gestion des colonies devient un fardeau de plus en plus pénible et coûteux pour l'État. Il est temps de tourner la page.
1. L'Afrique noire française
Les guerres coloniales pèsent lourd sur le budget public, etl'armée est souvent envoyée pour régler les questions politiques. Le général de Gaulle cherche à rétablir l'autorité de l'État, mais il a pourtant promis, en 1944, aux colonies qui aideraient à la libération de la France un juste retour des choses. Quinze ans plus tard, la décolonisation de l'Afrique noire est menée de façon moins sanglante qu'ailleurs, en partie grâce à la loi-cadre Defferre de1956 qui prépare l'émergence d'une certaine élite africaine fidèle aux intérêts français. Lorsque l'heure de l'indépendance arrive entre 1958 et 1960 pour les 14 pays d'Afrique noire appartenant à la France, il est bien spécifié que des liens privilégiés seraient maintenus avec l'ancienne métropole. Une structure nommée Communauté franco-africaine est mise en place afin de maintenir ces pays dansle giron français, avec la création d'une zone monétaire propre (franc CFA), des traités bilatéraux et un encadrement politique et militaire fournis par la France. Une politique de coopération est aussi mise en place par l'envoi d'ingénieurs et d'enseignants dans les pays de la Communauté. L'armée française, elle, continue son rôle de maintien de l'ordre à la demande des nouveaux dirigeants.Cette chasse gardée perdure après le départ de De Gaulle, et même les principaux dénonciateurs de cet état de fait semblent s'en accomoder lorsqu'ils arrivent au pouvoir. Au Tchad par exemple, sous le premier mandat de François Mitterrand, la France envoie ses troupes pour stopper l'armée libyenne.
2. La place de la France dans le monde arabe
C'est seulement après la fin de la guerre d'Algérie quela France a pu redéfinir ses positions au sein du monde arabe. En 1958, le conflit est en cours et le général de Gaulle n'envisage de négocier avec le FLN(1) qu'en position de force : des pourparlers secrets sont entamés alors même que les opérations militaires se poursuivent. L'abandon de l'Algérie française, après les accords d'Évian signés en 1962, est perçu comme une trahison par les...
tracking img