La france dans le monde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1556 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CHAPITRE 14 :
LA FRANCE DANS LE MONDE
Plan du chapitre :
I) Une ambition de puissance
A) L’indépendance nationale : un principe
B) Se situer entre l’Est et l’Ouest
C) Relier le Nord et le Sud
II) La France et l’Europe
A) Les années gaulliennes
B) Élargissement et intégration
C) L’Europe en débat
III) Une présence mondiale
A) La présence par les DOM-TOM
B) La présence dansles échanges mondiaux
C) La présence culturelle par la francophonie
IV) Une action internationale
A) Dans les institutions internationales
B) Une politique des droits de l’homme ?
C) Des interventions militaires

I) Une ambition de puissance
A) L’indépendance nationale : un principe
Le général De Gaulle entend mener une politique étrangère propre à la France, afin d'affirmer lagrandeur du pays dans le monde : l'instrument privilégié, outre la diplomatie, est la dissuasion avec l'arme nucléaire (obtenue grâce aux recherches menées sous la IVe République).
. La première bombe atomique française explose dans le Sahara en 1960.
Pour conserver sa liberté :
- la France refuse de signer le traité de Moscou de 1963 interdisant les essais dans l'atmosphère.
- en 1968, ellefait exploser la bombe H, produit son premier missile et construit trois sous-marins nucléaires lanceurs d'engins.
. Cette force de dissuasion était critiquée à l'époque de De Gaulle ; mais a obtenu après une large adhésion dans les années 1980.
La fin de la guerre froide a réduit le rôle de la dissuasion, mais le principe de la puissance nucléaire est maintenu.
B) Se situer entre l’Est etl’Ouest
De Gaulle prend pas moins ses distances avec l’Alliance atlantique :
-il décide de retirer la France du commandement de l'OTAN en 1966, tout en restant
membre de l'Alliance atlantique
- il critique la présence américaine au Vietnam.
- il reconnaît en premier, parmi les pays occidental (en 1964), la Chine communiste
Tous les présidents successeurs de De Gaulle poursuivent cettepolitique et refusent l'alignement systématique sur les positions améri caines : la France condamne l'intervention soviétique en Afghanistan en 1979 mais ne s'associe pas pour autant aux sanctions américaines ; la France refuse de s'associer aux États-Unis contre l'Irak en 2003.
C) Relier le Nord et le Sud
La France entend assurer un lien avec le Sud, notamment avec l'Afrique noire. De Gaulletient à maintenir des liens solides avec les anciennes colonies par une politique de coopération économique, culturelle et militaire. Il s'agit pour la France de stabiliser les nouveaux États africains. D'abord médiocres en raison de la guerre d'Algérie, les relations avec le monde arabe s'améliorent nettement par la suite : la France essaie de définir une position équilibrée dans le conflitisraélo-arabe en affirmant le droit à la sécurité pour Israël et le droit des Palestiniens à former un État.

II) La France et l’Europe
A) Les années gaulliennes
Lors de son arrivée au pouvoir, le général de Gaulle entend appliquer le traité de Rome signé en 1957, qui crée :
- la Communauté européenne.
- la politique agricole commune mise en place stimule la produc tion en accordant auxagriculteurs des prix garantis.
- la libre circulation des marchandises, progressivement instituée, soumet l'industrie
française à la concurrence européenne, l'incitant à se moderniser.
- en 1968, l'union douanière commun est réalisée.
Sur le plan politique, le général de Gaulle est hostile à la CECA et à la CED. Il s'oppose à l'adhésion de la Grande-Bretagne (trop atlantiste) à la CEE et provoqueune crise au sein de la Communauté en pratiquant la politique « de la chaise vide » en 1965.
B) Élargissement et intégration
En 1972 Georges POMPIDOU accepte l'entrée de la Grande -Bretagne, puis il donne son accord aux élargissements successifs qui portent la CEE à dix, douze, quinze pasy et enfin à vingt-sept en 2007.
L'étroite collaboration entre Valéry GISCARD-D’ESTAING et le...
tracking img