La france de la belle epoque

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1608 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Période d'avant 1914



Contexte international : les questions militaires prennent le pas (service militaire réduit à 2 ans en mai 1912 mais aussitôt rallongé à 3 ans en août 1913 car l'armée allemande à commencé un programme d'armement en janvier 1913)

Les socialistes, fédérés par Jean Jaurès, s'opposent au rallongement du service militaire. Jaurès défend des thèses pacifistes, sans êtrepour autant antimilitariste. Dans son ouvrage L'armée nouvelle, il défend l'idée d'un devoir militaire défensif fondé sur une armée populaire et démocratique.

žBut : ne pas envenimer les relations avec l'Allemagne avec le rallongement du service militaire.





Sur la scène française

Il récolte en juin 1913, grâce à une pétition, 700.000 signatures contre les 3 ans.



Sur lascène internationale

Ile se démène dans les congrès de l'Internationale Ouvrière, et cherche un accord avec l'ensemble des dirigeants, en particulier les sociaux-démocrates allemands.

žBut : mobiliser les ouvriers pour empêcher la guerre.



La débat tourne à l'avantage des nationalistes, grâce entre autres au rôle important de la presse, qui dramatise les crises avec l'Allemagne.L'école de la République est une école du patriotisme qui prépare les jeunes français à un effort de mobilisation.

Symboliquement, Jean Jaurès est assassiné la veille de la guerre, par le nationaliste Raoul Villain. Celui-ci n'écope que de 5 ans de prison, et c'est la veuve de Jaurès qui doit s'acquitter des frais de justice, ce qui montre le climat belliciste qui régnait à l'époque.



è Modèlerépublicain stabilisé du fait du consentement à la république et de la culture républicaine qui se répand dans le pays.



II) Les contrastes économiques et sociaux de la Belle Epoque



A] Une économie en voie de modernisation



La France est une nation moderne, avec un bon taux de croissance économique après la Grande Dépression des années 1870. Elle est relativement dynamiquebien que son taux de croissance soit derrière celui des USA, de l'Allemagne ou du Royaume-Uni.

Le potentiel industriel peut se diviser en deux catégories :



1.les vieilles industries qui s'essoufflent : le textile, en ralentissement, (bien que représentant 40% de la population ouvrière) et le charbon sont des secteurs qui stagnent



2.les industries de la 2nde génération qui tirentle pays vers le haut : chimie, métallurgie (la production de fer a été multipliée par 4 entre 1900 et 1914) car la demande est accrue dans le domaine automobile : la production automobile se rationalise (1895 : 300 voitures/an ; 1914 : 107000 voitures/an). C'est un produit de luxe qui se démocratise.

- Secteurs de pointe : industrie culturelle, cinéma (Pathé, Gaumont)

- Aéronautique(beaucoup d'innovations)



à Le pays reste cependant fondamentalement agricole. En 1914, 22 millions de français vivent à la campagne, sur 40 millions, soit plus de la moitié.

Le monde rural (agriculture et artisanat) représente 50% du PIB nationale.

Cette agriculture prédominante est souvent d'autoconsommation, bien qu'un agriculture commerciale tende à naître : fruits, fleurs, légumes, vin,betterave à sucre

è La France reste assez archaïque de par cette autarcie du monde rural.



L'exode rural est important, à cause du surpeuplement des campagnes. Les petites exploitations sont très nombreuses : ¾ sont inférieures à 10 hectares, tandis qu'en ville l'industrie requiert beaucoup de main d'œuvre.



B] L'augmentation du niveau de vie



Bien que l'Allemagne présentede meilleures performances économiques, la France possède un niveau de vie globalement plus élevé. Il existe de fortes disparités : la classe ouvrière vit dans les conditions les plus difficiles, les banlieues sont sordides, il y a une pénurie de logements. A Paris, les familles ouvrières vivent dans 15/20 m².

La puissance publique tente d'améliorer les choses. La loi Siegfried (1894) met...
tracking img