La france en crise 1930

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1866 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 avril 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION
Profondément meurtri par la Première Guerre Mondiale, la France renoue avec la prospérité au cours des années 1920 : "Les Années folles". A la fin des années 1920, nombreux sont les français qui ont le sentiment que la France a surmonté les retombées de l'une des épreuves les plus rudes de son histoire. Mais cette embellie est de courte durée.
Quelles sont les manifestations de lacrise en France? Comment le Front Populaire tente-t-il de résoudre la crise pour éviter que la France ne cède à la tentation autoritaire?
I)La France en crise.
A) Une crise économique durable.
1929:Crise boursière aux Etats-Unis. La France en 1931 est également touché. Il a fallut attendre deux ans pour qu'elle arrive en France car il y avait beaucoup de petites entreprises qui n'ont pasinternationaliser leur économie et il y avait des barrières douanières. Donc 1931: La Crise boursière éclate en France parce que les Anglais ont dévalué la livre et ils sont donc devenus moins compétitif sur le marché car ils sont moins chers. La crise boursière entraîne une deuxième crise : une crise industriel. L'activité industriel baisse d'environ 30% entre 1929 et 1932. Du coup, les prix baissent.Le secteur agricole est aussi en crise car il y a une surproduction, donc les prix baissent. Exemple: Un cantal de blé (100 kilos de blé) est divisé par deux entre 1931 et 1935. Egalement, baisse des recettes de l'Etat, le ralentissement des transports, fonds inemployés dans les banques car les français ne font plus de crédits, des banques sont en faillites, baisse des exportations car les paysétrangers quand ils sont en crise font du protectionnisme... Particularité de la crise en France : elle a été tardive en 1931, elle a été moins brutal mais elle est plus durable car alors que les pays commencent à s'en sortir en 1935, elle s'enfonce dans la crise.
B) Une société destabiliséé.
Conséquence de la crise économique : les salaires baissent d'environ 30% mais comme les prix baissent enparallèle, la baisse réelle n'est pas de 30% mais de 9%. Le chômage augmente, on passe de 300000 chômeurs en 1933 à 1 million en 1935. Conséquence : Manifestations organisés, des marches de la faim par exemple une dans le Nord organisé par les communistes en 1933, la création de la Soupe Populaire. Cependant, la crise ne touche pas toutes les classes sociales de la même manière:
• Lesagriculteurs et les artisans sont très touchés par la crise : leur salaire diminue de 50% à 60% car les produits agricoles et artisaunaux étrangers sont plus compétitifs.
• Les ouvriers sont également très touchés par la crise et sont donc touchés par le chômage.
• Les privilégiés sont les rentiers et les professions libérales qui sont moins touché par la crise.
Conséquence : Les ClassesMoyennes sont les plus touchés par la crise. Or, normalement ceux sont-elles qui soutiennent la IIIe République puisque la république défend la promotion sociale. Donc, les classes commencent à ne plus soutenir le régime à cause de la crise.
C) La République ébranlée.
-Echec des mesures pour résoudre la crise.
Le gouvernement avait choisi pour mesure :
• La politique de déflation qui avait étélancé en 1935 qui a consisté à baisser les prix et les salaires.
• Le protectionnisme c'est-à-dire importer le moins possible.
• Aider les victimes de la crise dans les petites industries.
Echec de ces mesures car la baisse des salaires entraîne la baisse des impôts donc les recettes de l'Etat et le pouvoir d'action de l'Etat diminuent.
-Il y a une instabilité politique.
Il y a eu sixprésidents du Conseil entre mai 1932 et février 1934, à cause des radicaux qui penchent un coup à droite, un coup à gauche. Du coup, pas de politique cohérente et stable. Sentiment des français : ils n'ont plus confiance dans le gouvernement. Il y a une vague d'antiparlementarisme. Conséquence : les français se tournent vers les partis extrémistes. A l'extrême gauche, le communisme. A l'extrême...
tracking img