La france en crise : 1931-1935

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (828 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I. La France en crise : 1931-1935 :

C’est une crise multiforme.

1. Une crise économique tardive mais profonde :

* La crise arrive en France en automne 1931, à partir de cette date, laFrance s’enfonce de plus en plus. En septembre 1931, le Royaume Uni dévalue la livre sterling alors les produits français sont moins compétitifs sur les marchés internationaux. Cette crise révèle lesarchaïsmes de l’économie française. En 1933-1934 : dévaluation du $ par 2. Cela aggrave encore la situation
* Résultats : Tous les secteurs sont frappés: l’activité industrielle recul d’environ 30% :l’acier a baissé de 40% entre 1930 et 1932. L’exportation française diminue de plus de 60%. L’agriculture elle aussi connait des difficultés. En effet il y a des méventes des principaux produitsagricoles (le blé et le vin). Certaines branches sont très touchés (textiles, sidérurgie), tandis que la concentration s’accélère dans les secteurs dynamique de la 2e révolution industrielle. La baisse desventes provoque des faillites. Donc le déficit budgétaire se creuse. La crise économique qui touche la France est différente de celle des autres états : à partir de 1933, la situation s’améliore unpetit peu partout, alors qu’en France c’est le contraire. Elle est très sensible à cette crise.
* A partir de 1931, tous les gouvernements proposent le même remède à la crise : ils combattent ledéficit budgétaire et refusent de dévaluer le franc. Mais la diminution des dépenses publiques et l’augmentation des impôts freinent l’activité économique. Cette politique de déflation nourrit la crise.2. La crise sociale :

Les conséquences sociales sont désastreuses : le chômage augmente de façon préoccupante et rapidement. En effet il y multiplication des faillites ; licenciement massif : en1933, 300 000 chômeurs secourus (allocations familiales), en 1935 : 500 000 chômeurs secourus. En 1936, 900 000 chômeurs secourus et non secourus (50%). Le chômage partiel réduit les revenus de...
tracking img