La france et les juifs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5977 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Michel Winock, La France et les juifs, coll. « points histoire », 2004, biblio, index (385p)
1ere partie (p11-185)

1791, l'émancipation

A la veille de la révolution, leur présence est théoriquement interdite, mais tolérée en pratique. Représente une faible part de la population. A Bordeaux les juifs sont parfaitement intégrés ; les juifs de l'est vivent à l'écart. La ségrégation est unfait.
Au XVIIIe, l'humanisme des Lumières encourage le principe d'égalité entre religions monothéistes, tous les hommes sont des êtres égaux : idée d'une société humaine universelle. La discrimination devient choquante.
1785. A la question « est il des moyens de rendre les juifs plus heureux et plus utiles en France ? », l'abbé Grégoire, répond par un tableau très noir , et met tous ces vicessur le compte du mépris dont ils sont victimes depuis la Diaspora. Cette explication sera fortement reprise par la suite. La responsabilité des chrétiens une fois établie, Grégoire en appelle à une « révolution », à l'intégration des juifs (l'esprit de conversion n'est peut être pas absent). Elu aux Etats Généraux où aucun juifs n'est présent, il se fait le défenseur de l'émancipation. Hautreprésentant des curés éclairés, épris d'égalité, d'universalité, contre le haut clergé, désireux de concilier Révolution et religion chrétienne. Membre de la société des amis des noirs (reconnaissance théorique de leurs droits en 1791).
Les juifs sont victimes de la Grande Peur de 1789. La question du droit des juifs est réglée par l'article 10 de la DDHC qui proclame la liberté de culte, en théorie.Mais seront ils citoyens actifs ou passifs ? « il faut tout refuser aux juifs comme nation, et accorder tout aux juifs comme individus » (comte de Clermont-Tonnerre à l'Assemblée.). Mais la majorité de l'Assemblée ajourne encore la décision, elle n'est pas prête à trancher. Les juifs de Bordeaux, qui jouissent déjà de droits reconnus, lui adressent une protestation. L'évêque Talleyrand propose defaire une exception pour ceux ci (bien intégrés, ils pourraient devenir citoyens actifs). Après des débats houleux, l'Assemblée décide que les juifs du sud-ouest conserveront les droits acquis sous l'Ancien Régime grâce aux lettres patentes, et seront donc citoyens actifs. Les juifs « allemands » sont un peu amers de se voir ainsi oubliés. Mais la logique de l'émancipation est en marche, malgré unlobby « antijuif » très actif.
La fuite du roi à Varennes en juin 1791 provoque une grave crise politique. La Révolution se radicalise, la république gagne des partisans. En septembre, le roi prête serment à la constitution. La proposition Duport, révoquant tous les textes maintenant les juifs hors de la citoyenneté, est adoptée à l'Assemblée. Le 27 septembre 1791, dans les derniers jours de laConstituante, tous les juifs sont émancipés.
Les juifs furent touchés par le mouvement antireligieux de la Terreur, mais outre que certains y participèrent, ils ne furent pas des victimes spécifiques. Le directoire rétablit la liberté religieuse mais les préventions contre les juifs demeurent.
Napoléon, une fois l'Empire installé, souhaite rétablir la paix civile, et définir les rapports entrel'État et les différents cultes. Il décrète en 1806 la convocation d'un « Parlement juif », constitué de notables recrutés par les préfets, qui doivent répondre à un questionnaire relatif aux comportements juifs. Les réponses ayant satisfait l'Empereur, celui ci convoque un grand concile juif, le « Grand Sanhédrin », réuni en 1807. Il ratifie les desiderata de Napoléon visant à soumettre lesdevoirs religieux des juifs aux lois politiques de l'Empire. En 1808 paraissent 3 décrets, dont le « décret infâme », qui réfute l'égalité acquise par la révolution et énonce des restrictions concernant les juifs et leur vie économique. Il épargne les juifs de la Gironde et des Landes. Par la suite, les exceptions se généralisent et le décret, en vigueur jusqu'à la Restauration, ne touchera que les...
tracking img