La france quitte l'otan (1966)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2358 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La France quitte l’OTAN (mars 1966)
Ø On connaît la politique de « grandeur » pratiquée par De Gaulle afin de redonner à la France son rôle de puissance internationale.
- il va prendre tôt ses distances avec les Etats-Unis, en devenant, dès 1964, la première puissance à reconnaître la Chine communiste.
- paradoxe dans les rapports soupçonneux entre la Ve République et l’OTAN qui, pourtant,siégea à Paris à sa naissance et dont une des deux langues de travail est le français.
- logique de distance avec les Etats-Unis.
- Lettre au président Johnson suivie d’une série d’aide-mémoires notifiés aux représentants des 14 autres gouvernements de l’Alliance atlantique annonçant, outre le retrait de la France du commandement intégré de l’OTAN, la sortie du territoire de tout appareilmilitaire étranger et la fin de l’affectation à l’OTAN des forces françaises stationnées en Allemagne fédérale.
- Aide mémoire rédigé par De Gaulle
Né à Lille le 22 novembre 1890, famille catholique et patriote.
Il est l’homme de 18 juin 1940. 19 décembre 1965 : réélu président de la République pour un nouveau mandat de 7 ans. Ses adversaires lui reprochaient son nationalisme. Il est vrai qu’auniveau international, de Gaulle continua à promouvoir l'indépendance de la France : il s’oppose à l'entrée du Royaume-Uni dans la CEE  il condamna dès 1964 l'aide militaire apportée par les États-Unis à la République du Viêt Nam contre la rébellion communiste menée par le Viêt Minh,
Une de ses décisions les plus spectaculaires en 1966, lorsque la France se retira du commandement militaire intégréde l'OTAN, expulsant les bases américaines de son territoire, tout en restant membre de l'Alliance atlantique.
- Evènement = « coup de poignard au cœur de l’alliance » selon un représentant de la maison blanche.
- l’extrait de l’aide mémoire est daté de mars 1966.
Probablement du 10 mars car on peut imaginer qu’il est le premier de la série d’aides mémoires.
Dans les années 1960, lespremiers développements de la détente provoquèrent un relâchement dans les liens unissant les pays de l’OTAN. Dans un contexte d’affirmation du caractère national que la France quitte l’OTAN.
À y regarder de près, ce texte constitue un formidable condensé de la politique étrangère de DG, fondée sur la doctrine de l'indépendance. Nous chercherons donc à comprendre en quoi cet extrait est révélateur dela politique de De Gaulle.
- DG commence par justifier la décision de quitter l’OTAN puis explique les conceptions et applications de la future défense militaire de la France et, enfin, il donne les détails de l’application de cette décision. Etude linéaire car texte bien construit.
Une prudence exemplaire : la justification de la décision de de Gaulle
Une annonce brutale mais pas inattendue (l.1 à 4)
- De Gaulle écrit : « le gouvernement français a marqué (…) qu’il considérait que l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord ne répondait plus (…) aux conditions qui prévalent dans le monde à l’heure actuelle et sont fondamentalement différentes de celles de 1949 et des années suivantes » (l.1 à 4).
En effet, dans sa brutalité spectaculaire, cette lettre est néanmoins le fruit d'uneévolution engagée de longue date par le Général.
- Dès le mémorandum du 14 septembre 1958, DG réclamait d’ailleurs la réorganisation du commandement sur une base nationale et une consultation permanente entre les Etats Unis, la Grande Bretagne et la France (en fait, Londres et Washington refuseront ce « directoire à trois »).
- 1959 : télégrammes avec nombreuses escarmouches diplomatiques« entretiens avec les gouvernements alliés » (l. 2)
- Puis, dès son retour au pouvoir, DG prend une série de mesures qui annoncent celles de 1966 (un de ces nombreux exemples : la demande, en juin 1960, faite aux Américains pour que ceux-ci retirent leurs bombardiers atomiques basés en France).
- Charles BOHLEN, ambassadeur des Etats Unis à Paris, juge, dès janvier 1965, que De Gaulle procèdera...
tracking img