La gazelle et le sultan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2835 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Plan de commentaire sur la gazelle du sultan.

Objet d’étude : Convaincre, persuader, délibérer.

Introduction : ce texte, « la gazelle du sultan » est extrait du chapitre X du roman d'Henri de Monfreid Les derniers jours de l'Arabie heureuse, publié en 1935 . Ce livre fait partie des nombreux romans colorés largement autobiographiques, tiré de l'existence romanesque de l'auteur, qui passal'essentiel de sa vie en Éthiopie et, des années durant, si on a la mer rouge sur son bateau de contrebandier et de trafiquant. Dans ce texte donc, c'est sa passion pour l'Afrique qui lui inspire un apologue en forme de conte philosophique oriental : une simple gazelle réussit à mettre à mal une longue amitié entre un sultan et son ami d'enfance. Monfreid veut montrer ici comment le pouvoir pervertiles vraies valeurs chez ceux qui ne l'exercent pas avec sagesse. Nous étudierons d'abord comment le narrateur parvient à capter l'intérêt du lecteur en introduisant dans un univers merveilleux. Ensuite, par l'analyse des caractéristiques et des fonctions de la gazelle, nous montrerons la portée didactique de ce conte.

I. univers merveilleux du conte pour capter l'intérêt du lecteur

1)Cadre exotique :
o les indices de temps  « un soir » (l.20) et d'espace « les hauts plateaux du Yémen » (l.5) créer un cadre imprécis caractéristique des contes.
o Noms des personnages : Yaya, Osman, les titres : conseiller, le sultan, la présence d'une gazelle
plan d'un décor oriental
o les moments et les lieux poétiques «  clair de lune » (l.21), « l'eautranquille des bassins » (l.9)
tout ceci transporte le lecteur dans un univers imaginaire les poétiques. Ce sont ces lieux étrangers qui suscite le rêve et l'imagination.

2) Le merveilleux :
o l'adverbe « merveilleusement » (l.1), les termes « miracle » (l.3), « invisibles ailes » (l.9), « mystère » (l.18). Cela suggère le caractère extraordinaire de la gazelle qui capte,intrigue le lecteur.
o L'emploi de l'indéfini  «  on » associe le lecteur à cette fascination exercée par la gazelle. L'utilisation de « semblait-il » (l.9) et de la conjonction « comme si » (l.15) introduit le doute dans l'esprit du lecteur et le trouble.

3) Dramatisation des événements : (progression de l'action)
o Structure du passage : présentation du cadre, la mise en placeest faite par le narrateur (cadre paisible et heureux), puis lancement de l'action par un élément perturbateur. Le passé simple succède à l'imparfait.
o Mis en valeur de l'élément perturbateur avec la succession des compléments circonstanciels (l.20). La comparaison, « comme la lueur d'un éclair » (l.22). Mise en valeur aussi par l'accumulation des verbes.
o L'utilisation des discoursrapportés inscrit le passage dans le genre du conte philosophique .
o Discours indirect libre (l.24) qui souligne l'interrogation
o discours direct (l.27) qui reprend l'avertissement du père et pose le problème de la sincérité de l'amitié.
o Les points de suspension (l.28) souligne et provoque la curiosité du lecteur à propos des réflexions et des motivations d’Osman.
L'auteur cherche doncà construire pour son lecteur un récit divertissant par son exotisme. Il veille aussi à proposer assez vite une action frappante qui va donner au conte sa dimension didactique.

II. Caractéristiques et fonctions de la gazelle.

1) les caractéristiques :
o un simple animal, sa banalité identique aux autres gazelles « très commune » (l.4), et le superlatif qui la désigne estl'intensif « si simple » (l.19).
o Le narrateur insiste sur cette idée de similitude par l'opposition « ses sœurs » (l.16).
o Elle possède des qualités partagées par les autres gazelles comme le soulignent les expressions « toutes » (l.16), « elle ne différait pas des autres gazelles » (l.16), « les mêmes grâces » (l.17).
o Il s'agit malgré toute une créature...
tracking img